Nouvelle journée d'action sur fond de tensions

  • A
  • A
Nouvelle journée d'action sur fond de tensions
@ MAX PPP
Partagez sur :

Pour la sixième fois, les syndicats appellent à la mobilisation contre les retraites. Le temps est compté.

Et de six. Pour la sixième fois depuis la rentrée de septembre, les syndicats appellent mardi à une mobilisation intersyndicale contre la réforme des retraites. Une journée test car le conflit est entré dans une phase critique, à moins de deux jours du vote probable de la loi par le Sénat.

Quels sont les cinq points-clés de cette journée de mobilisation ? Europe1.fr en dresse la liste :

Les manifestants seront-ils nombreux ? Samedi dernier, entre 825.000 et 3 millions de personnes ont été décomptées dans la rue. Mardi dernier, ils étaient entre 1,2 et 3,5 millions. Le nouveau comptage devrait donner lieu à une nouvelle bataille de chiffres entre syndicats et gouvernement.> Pour en savoir plus : "Le gouvernement parie sur un essoufflement".

Y a-t-il des risques de débordement avec les lycéens ?La journée de lundi a été émaillée d’incidents dans plusieurs villes en France. Les lycéens, mais aussi les étudiants, devraient être encore nombreux dans la rue pour grossir les cortèges. Un risque à prendre ? > Pour en savoir plus : "Les lycéens manifestent sous haute tension".

La France va-t-elle tomber en panne sèche ? C’est peut-être le secteur dont la mobilisation est la plus visible. Des raffineries aux dépôts pétroliers en passant par les stations-service, les automobilistes sont aux aguets, craignant une pénurie complète que le gouvernement continue d'écarter. > Pour en savoir plus : "Plus de 2.600 stations-service sans essence".

Les transports seront-ils de nouveau au point mort ?Pour les usagers, c'est une nouvelle journée de galère qui commence. A la SNCF, à la RATP, dans les réseaux de transports en commun de nombreuses agglomérations et jusque dans les airs. > Europe1.fr vous informe sur vos conditions de circulation.

Le pouvoir va-t-il fléchir ?Ce sera sans doute l’épilogue de la soirée : une éventuelle réponse du gouvernement à la mobilisation de la journée. Lundi soir, Nicolas Sarkozy est resté sur la ligne de fermeté, affirmant qu’il irait jusqu’au bout pour faire passer cette "réforme essentielle".>Pour en savoir plus : "La France mettra en œuvre la réforme".

Si rien ne bouge, le front syndical pourrait rapidement se fissurer. Car le débat au Sénat est sur le point de se terminer. Le président du groupe UMP au Sénat, Gérard Longuet, a évoqué la possibilité d’un vote dès jeudi. Au besoin, la chambre haute siègera tout le week-end y compris la nuit pour boucler au plus vite cette réforme. Une fois ce vote passé, on ne parlera plus de réforme en cours mais d’une loi à mettre en œuvre.