Une femme de 36 ans a succombé à la dengue en Nouvelle-Calédonie où les autorités demandent à la population de redoubler de vigilance pour lutter contre les moustiques, a indiqué mercredi la direction des affaires sanitaires. La victime, une habitante de Nouméa, est décédée lundi, le jour même de son admission à l'hôpital.

"La dengue peut avoir des effets sur tout le corps: les reins, le foie, le coeur, l'estomac qui peuvent céder sous le choc infectieux. On appelle ça la dengue avec syndrome de choc", a déclaré aux Nouvelles-Calédoniennes, le docteur Jean-Paul Grangeon, chef des actions sanitaires à la DASS. Il a précisé que la victime n'avait pas d'antécédents médicaux. En décembre, une femme de 55 ans était déja morte de la dengue, maladie tropicale transmise par le moustique, Aedes aegypti, qui provoque une forte fièvre et de violentes douleurs articulaires.

La Nouvelle-Calédonie est frappée depuis septembre par une épidémie, qui ne cesse de se propager. Depuis le 1er janvier, la DASS a recensé 3.727 cas. Actuellement, il y a 200 nouveaux cas de dengue chaque jour, dont plusieurs nécessitent une hospitalisation. Dans les médias, dans les écoles et les centres de soins, les autorités de cet archipel français du Pacifique sud ont lancé des campagnes pour exhorter la population à lutter contre les gites larvaires et à s'asperger plusieurs fois par jours de répulsifs.

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 50 à 100 millions de personnes sont infectées chaque année par le virus de la dengue. Un vaccin est en cours d'élaboration par le laboratoire Sanofi-Pasteur et pourrait être disponible à horizon 2015.