Nouveau scandale pour la police lilloise

  • A
  • A
Nouveau scandale pour la police lilloise
Il est reproché à un policier et deux fonctionnaires "d'avoir été en relation avec un réseau de cambrioleurs et de leur avoir facilité la vie", a fait savoir jeudi le procureur de Lille Frédéric Fèvre.@ MaxPPP
Partagez sur :

Un policier et deux fonctionnaires sont suspectés d'avoir aidé un réseau de cambrioleurs international.

L’INFO. Après l’implication de certains de ses membres dans l’affaire du Carlton notamment, la police nordiste est de nouveau frappée par un scandale. Un policier et deux informaticiens de la préfecture du Nord, soupçonnés d'avoir aidé un réseau international de cambrioleurs en leur fournissant notamment des informations, ont été mis en examen jeudi et placés sous contrôle judiciaire.

"Il leur est reproché d'avoir été en relation avec un réseau de cambrioleurs et de leur avoir facilité la vie et donné des informations qu'ils n'auraient jamais dû leur donner", a fait savoir jeudi le procureur de Lille Frédéric Fèvre.

Des complicités. Leur arrestation fait suite au démantèlement d'un réseau international de cambrioleurs d'origine tziganes en septembre 2012. Douze personnes avaient été interpellées le 25 septembre. Elles sont soupçonnées d'être impliquées dans une centaine de cambriolages dans des résidences de luxe pour un préjudice total d'un million d'euros, en France, en Belgique, en Italie et en Allemagne.  L’enquête a établi que les malfaiteurs avaient acheté les complicités du policier lillois et des deux fonctionnaires de la préfecture pour obtenir des informations et des faux papiers.

Des renseignement précieux. Le policier a été mis en examen pour détournement de données à caractère personnel. "Il lui est reproché d'avoir consulté des fichiers de police et d'avoir divulgué leur contenu à cette équipe de malfaiteurs", a expliqué le procureur de Lille. Il est également reproché au policier d’avoir provoqué une arrestation arbitraire "pour être agréable à ces malfaiteurs, une arrestation qui n'avait pas lieu d'être", selon le magistrat.

Une aide logistique. Les deux techniciens en informatique de la préfecture du Nord, dont l'un est en disponibilité, ont, eux été mis en examen pour aide au séjour irrégulier et usage de faux pour avoir établi des faux documents pour obtenir des documents administratifs pour séjourner sur le territoire français.

Ils minimisent leur rôle. Les trois hommes "ont reconnu partiellement les faits", a indiqué le procureur de Lille. Toutefois, "ils minimisent leur responsabilité", a-t-il ajouté. Ils encourent au maximum 10 ans de prison et 150.000 euros d'amende. Leur contrôle judiciaire a été assorti d'une interdiction d'exercice pour le policier et l'un des deux informaticiens.

L’image de la police écornée. Pour Pascal Lalle, le directeur de la sécurité publique, la pilule est dure est à avaler. "Ça fait mal à tout le monde. c’est difficile à vivre", reconnaît-il au micro d’Europe 1.