Non-lieu requis pour Guillaume de Villiers

  • A
  • A
Non-lieu requis pour Guillaume de Villiers
@ MAX PPP
Partagez sur :

Le fils de Philippe de Villiers est accusé de viols par son frère cadet.

La décision a été prise "dans la plus grande discrétion", raconte Le Parisien. Au mois de mars dernier, le procureur de la République des Yvelines a requis un non-lieu en faveur de Guillaume de Villiers, le fils aîné de Philippe de Villiers, qui est accusé de viols par son cadet.

La plainte de Laurent de Villiers contre son frère, de six ans son aîné, remonte à 2006. Il l’accuse de l’avoir violé à plusieurs reprises durant leur enfance, dans les années 90, dans la maison familiale en Vendée. Philippe de Villiers, le président du Mouvement pour la France cité par Le Figaro, évoquait alors une "machination".

La piste d'une "réconciliation familiale"

En 2007, Laurent de Villiers fait machine arrière. Dans une lettre adressée au juge d’instruction, il indique qu’il ne souhaite "pas donner suite à la plainte déposée par ses soins contre son frère". Il explique alors avoir fait "le choix d'une réconciliation familiale".

Avant de revenir sur cette décision en novembre 2008. Le fils cadet du président du Mouvement pour la France réitère alors ses accusations lors d'une confrontation avec son frère face au juge d'instruction. "Je veux être reconnu comme victime et que mon frère soit déclaré coupable", avait lancé Laurent de Villiers, cité par Le Nouvel Obs.

Qui dit la vérité ?

Pour le parquet, il n'y a aujourd’hui "pas de charges suffisantes" pour demander que Guillaume de Villiers soit traduit devant un tribunal. "Depuis l'origine, le parquet, à l'inverse des policiers et du magistrat instructeur, fait passer les intérêts de la victime après d'autres intérêts", a rétorqué vendredi l'avocat de Laurent de Villiers, Me Jean-Marc Fédida.

Guillaume de Villiers a toujours nié les faits que lui reproche son frère. L’avocat de Laurent de Villiers met pour sa part en avant les "cinq expertises psychiatriques concluant à l'extrême crédit des déclarations" de son client.