Non-lieu pour une Tunisienne violée

  • A
  • A
Non-lieu pour une Tunisienne violée
@ REUTERS
Partagez sur :

Inculpée pour atteinte à la pudeur, elle a été violée par deux policiers près de Tunis.

C’est la fin du cauchemar pour cette jeune femme de 27 ans et son fiancé. UneTunisienne, violée par des policiers et qui risquait d'être inculpée pour atteinte à la pudeur, a bénéficié d'un non-lieu, ont indiqué jeudi ses avocats dans cette affaire qui avait provoqué un vaste scandale en Tunisie et à l'étranger.

"Les accusations ont été abandonnées pour manque de preuves. Et le juge a décidé de traduire (en justice) deux policiers pour viol, et un troisième pour corruption", a indiqué Me Bochra Belhaj Hmida. "La jeune femme et son fiancé ont bénéficié d'un non-lieu", a indiqué une autre avocate, Me Emna Zahrouni, à l'antenne de Mosaïque FM.

Trois policiers impliqués

Le viol de cette jeune femme de 27 ans début septembre par deux agents de police avait entraîné un vaste scandale, la victime risquant d'être poursuivie pour "atteinte à la pudeur", un délit passible de six mois de prison. Les policiers affirmaient avoir surpris la jeune femme et son fiancé en train d'avoir des relations sexuelles dans leur voiture, garée dans une banlieue de Tunis. C'est alors que,selon le parquet, deux des agents ont violé leur victime.

Le troisième policier avait pour sa part conduit le petit ami de la jeune femme dont l'anonymat a été préservé, jusqu'à un distributeur de billets pour lui extorquer de l'argent. Cette affaire a entraîné une vaste mobilisation de la société civile et de la classe politique tunisiennes.

Des opposants, des ONG et des médias estimaient que les déboires judiciaires de la victime illustraient la politique à l'égard des femmes menée par les islamistes d'Ennahda qui dominent le gouvernement tunisien. Ces derniers, bien qu'ils le réfutent, sont accusés de chercher à revenir sur les droits des femmes en Tunisie.