Nice : terreur à la cantine d'une maternelle

  • A
  • A
Nice : terreur à la cantine d'une maternelle
(Photo d'illustration)@ MAXPPP
Partagez sur :

Une enquête administrative est en cours après des réclamations de parents dénonçant les méthodes brutales des "dames de cantine".

INFO. Des enfants âgés de 3 à 5 ans, terrorisés à la cantine. C'est la découverte effarante à laquelle les parents d'élèves de l'école maternelle Rothschild, à Nice, ont été récemment confrontés. Des parents effarés qui viennent de découvrir que les dames de la cantine punissent un peu trop sévèrement les enfants lorsqu'ils ne sont pas sages.

Allongés dans le noir, les mains dans le dos. De retour à la maison le soir, les enfants racontent que les "dames de la cantine" sont très méchantes. Elles crient fort et les bousculent pour les punir de leurs bêtises d'enfants. C'est ainsi que la fille d'un père de famille rencontré par Europe 1 ne voulait plus aller à la cantine. "Ma fille me disait qu'elle ne mangeait pas souvent. Et je voyais bien le soir qu'elle avait souvent faim quand je la récupérais", raconte-t-il.

"Au bout d'un moment elle m'a expliqué que c'était parce que les dames crient. Pour les mettre dans le noir, allongés par terre, les mains dans le dos, les personnes qui s'occupent de la cantine doivent avoir pété les plombs", s'offusque-t-il.

Tous les agents suspendus. Le mois dernier, une quinzaine de parents décident d'alerter la mairie. Deux courriers sont envoyés avec des témoignages et une quinzaine d'attestations. La municipalité a finalement réagi jeudi en suspendant toute l'équipe de surveillance.

"Ce sont des faits qui s'ils sont avérés sont suffisamment graves, pour que l'on puisse prendre des mesures", confie, au micro d'Europe 1, Lauriano Azinheirinha, adjoint au maire de Nice délégué à l’Education. "De tels comportements, attitudes ou agissements d'agents ne sont pas compatibles avec de jeunes enfants", poursuit-il. Une enquête administrative est en cours. Les résultats de cette enquête devraient être connus lundi.