Neige : la SNCF prend les devants

  • A
  • A
Neige : la SNCF prend les devants
Les TGV, qui roulent habituellement à 300 km/h, peuvent être ralentis à 220 km/h.@ Max PPP
Partagez sur :

Avec l'arrivée du froid et de la neige, la SNCF a lancé son plan pour éviter les incidents.

"On se mobilise pour que la neige ne vous immobilise pas". C'est le slogan de cette opération ambitieuse lancée par la SNCF pour cet hiver 2011-2012. L'objectif est de limiter les perturbations sur les trains dues à la neige et au froid. 2.500 agents sont ainsi mobilisés pour des interventions d'urgence et près de 70 chasse-neiges sont déployés dans les régions les plus sensibles.

Cette opération va  coûter près de 90 millions d'euros dans le but de "prévenir tout incident sur le réseau et le matériel" et "d'informer les usagers au mieux", explique l'entreprise. Alors que 30.000 kilomètres de lignes sillonnent la France, dont 2.000 à grande vitesse, faire rouler les trains est "un exercice aussi précis que l'horlogerie suisse", insiste-t-on à la SNCF. Chaque jour, 15.000 trains circulent sur le réseau.

220 km/h au lieu de 300

Néanmoins, la SNCF va devoir s'adapter à des conditions climatiques difficiles. La compagnie prévient d'ores et déjà qu'il y aura des retards par mesure de sécurité. Les TGV, qui roulent habituellement à 300 km/h, peuvent être ralentis à 220 km/h. Parmi les risques éventuels : l'accumulation de la neige sous les rames qui est ensuite projetée lorsque deux trains se croisent sur la voie ferrée.

L'objectif de la compagnie ferroviaire est d'éviter la désorganisation de Noël 2010. L'an dernier, 400 pare-brises de TGV s'étaient brisés à cause de la neige et 20% des trains du sud-est étaient restés au garage. Il avait aussi fallu décongeler les voies de chemin de fer au chalumeau.

Pas d'obligation de remboursements

En cas de retards dus aux intempéries climatiques, la SNCF précise qu'elle "n'est pas responsable du retard des trains". L'entreprise n'est pas donc tenue de rembourser ses passagers. Enfin si votre train s'immobilise lors d'un trajet à cause des intempéries, trois options s'offrent à vous comme l'explique Le Figaro : reprendre un train pour revenir à son point de départ, rester sur place, sachant que nuitées d'hôtel et repas sont pris en charge par la SNCF ou enfin rester à bord du train dans lequel des plateaux repas et boissons sont fournis gratuitement.