Neige : ils interpellent le préfet sur Twitter

  • A
  • A
Neige : ils interpellent le préfet sur Twitter
Des élèves de Moselle qui ne voulaient pas aller en cours ont réclamé un arrêté interdisant les transports scolaires.@ MAXPPP
Partagez sur :

Des élèves qui ne voulaient pas aller en cours ont réclamé un arrêté interdisant les transports scolaires.

L'info. Une alerte jaune et quelques centimètres de neige tombés en début de semaine. Il n'en fallait pas plus pour que des centaines d'élèves de Moselle se mettent à espérer un arrêt préfectoral interdisant les transports scolaires pour des raisons de sécurité. Las, la situation météo n'était pas assez mauvaise pour justifier une telle décision. Certains élèves ont donc décidé de s'adresser directement au préfet, via son compte Twitter.

Inondé de messages. Le compte @PrefetMoselle s'est rapidement trouvé mitraillé de messages d'élèves, plus ou moins polis. "Monsieur c'est l'apocalypse dehors pourquoi maintenez vous encore les transports scolaire?", demande ainsi @Larryzlaine. "Par pitié monsieur, je ne veux pas mourir sur la route ! Juste un petit arrêt préfectoral ?" (sic), écrit lui aussi @Yayaneymar.

Mais tous les jeunes Mosellans qui se sont adressés au préfet ne se sont pas embarrassés de formules de politesse. "Vazi y'avait moins de neige que quand t'as fait l'arrêté préfectoral azi fais pas ton radin", écrit @Pkopytowski. "T'as vu comment il neige négro ?! Tu me mets un arrêté illico ou j'crame la préfecture !", menace de son côté @YoungMuiaBaby.

Certains sont même allés plus loin. "Fais pas ta pute !", ose @General_Ramirez. "Mets un arrêté préfectoral ou jte nike ta mère", assène quant à lui NicoWayne3 (un compte désactivé depuis, ndlr).

Des réponses sur mesure. Face à ce déferlement de messages, le community manager (CM) du compte de la préfecture a pris le temps de répondre à la plupart d'entre eux. A ceux qui demandaient des informations sur la circulation des bus scolaires, le CM assurait que les conditions météo ne nécessitaient pas d'arrêté et que chaque transporteur décidait de maintenir ou non la circulation de ses bus. "Charmantes suppliques des élèves mosellans mais encore une fois la préfecture de la Moselle ne compte pas prendre d arrêtes d interdiction", écrit également @PrefetMoselle.

Aux messages moins polis, le compte @PrefetMoselle a préféré répondre avec humour. "Etes-vous sûr d'utiliser le ton adéquat ?", a-t-il ainsi demandé à plusieurs utilisateurs. "Ceux qui réclament le plus de ne pas aller à l'école sont ceux qui semblent en avoir le plus besoin....", a écrit plus tard le CM en réponse à une internaute qui le plaignait d'avoir à répondre à ce genre de messages.

Des élèves dépassés. Contacté par Europe1.fr, Clément, qui tient le compte @General_Ramirez, assure ne pas avoir eu "l'intention d'insulter le préfet".  "Étant inscrit depuis seulement vendredi, je n'ai que 15 followers. Je croyais que ce tweet ne serait vu que par eux et qu'ils auraient donc compris la 'subtilité' et le second degré" de ce message, explique le jeune homme de 16 ans. "Si le préfet peut lire ceci, je m'excuse sincèrement. Je suis aussi poli que tout le monde, et pas une personne du type 'fuck la police'. Je n'aurais pas pensé que ce simple tweet aurait tant tourné", conclut le lycéen.

Une nouvelle star sur Twitter. Ces échanges savoureux entre élèves et autorité préfectorale ont en tout cas inspiré les twittos. "Courage à @PrefetMoselle qui n’a pas démérité, qui se bat aux cotés des Mosellans conte l'analphabétisme dans un engagement désintéressé", ironise ainsi @francescuG en référence au tweet de Valérie Trierweiler. "Si on était Vendredi, un #FF aurait été de bon gout pour @PrefetMoselle, pour son combat pour l'orthographe et la bienséance", vante pour sa part @RNoDLm.

Quant aux élèves qui espéraient tant une bonne nouvelle venue du ciel, ils seront désolés d'apprendre que Météo France ne prévoit pas de nouvelles chutes de neige sur la Moselle avant la fin de la semaine.