Nègre, un métier d’ombre(s)

  • A
  • A
Nègre, un métier d’ombre(s)
@ MAXPPP
Partagez sur :

L’affaire du plagiat de PPDA vient rappeler le recours fréquent à ces écrivains de substitution.

Son nom, on le trouve généralement dans les pages "Remerciements" des livres écrits par des artistes, sportifs, stars du petit écran ou hommes politiques. Quand il est mentionné. Lui, c’est le nègre littéraire, l’homme invisible de la littérature et de l’édition. L’affaire du plagiat de PPDA, révélé par L’Express, vient rappeler s’il était besoin, son existence.

Car l’hebdomadaire ne se contente pas d’affirmer que la biographie d’Ernest Hemingway, à paraître le 19 janvier, signée de Patrick Poivre d’Arvor, est très fortement inspirée d’un auteur américain, Peter Griffin. Il laisse aussi clairement entendre - et l’information a été confirmée par Europe 1 - que le journaliste a été aidé par des "collaborateurs", dont l’un pourrait être l’auteur du plagiat présumé. Mais on voit mal l’ancien présentateur du 20-Heures de TF1 se défendre en chargeant un éventuel nègre, puisqu’il admettrait ainsi ne pas avoir écrire son livre.

"Excuse-moi, je suis en train d’écrire un livre"

Voilà donc un métier bien ingrat. Souvent rédacteur de tout ou partie d’un livre, le nègre est obligé, souvent contractuellement, de rester dans l’ombre du célèbre signataire de l’œuvre. Il ne récolte donc aucun laurier. "Un jour, j’étais chez un acteur de cinéma-télévision, j’étais en train d’enregistrer des propos", confie l’un de ces écrivains de substitution à Europe 1. "A chaque fois que son téléphone sonnait, il disait à ses interlocuteurs : "‘excuse-moi, je suis en train d’écrire un livre’".

"En général, ceux qui signent l’ouvrage de leur nom tuent leur nègre", confirme l’ancien nègre Dan Franck, joint par Europe1.fr. "C’est un meurtre virtuel bien sûr. Mais ils oublient qu’ils n’ont pas écrit leur livre. Au début, ils disent c’est ‘notre livre’, puis ‘notre livre’, et ça finit par être ‘mon livre’".

Et si leur existence est confirmée, ce n’est en général pas pour lui rendre hommage. Convaincu de plagiat en 1998 dans son ouvrage La dernière tentation du Diable, Monseigneur Gaillot avait ainsi affirmé avoir été "piégé" par un "documentaliste".

Tout dépend, en fait, de la personnalité de la star avec qui le nègre collabore. "A l’inverse, j’ai travaillé une fois avec un journaliste de la télévision. Il était invité pour une signature. Il a exigé que je vienne avec lui", poursuit le même homme. "Et le soir, il y avait un dîner avec les élus locaux, qui ont commencé à lui dire : ‘Ah, monsieur, votre livre est superbe’. Il les a arrêtés tout net et il leur a dit : ‘Ce n’est pas mon livre, moi je n’ai fait que le lire. C’est le monsieur qui est là qui l’a écrit.’"

Quand le nègre devient "métis"

La période étant propice à la transparence, la pratique tend tout de même à évoluer. Le nom des nègres est de plus en plus mentionné, quoiqu’encore discrètement. Si bien que le milieu de l’édition a inventé le terme de "métis". Des spécialistes de l’autobiographie de stars, tels que Jean-François Kervéan (Loana, Michel Drucker, Jean-Claude Brialy…), Lionel Duroy (Jean-Marie Bigard, Sylvie Vartan) ou encore Dan Franck (Zinédine Zidane) sont de ceux-là.

Les motivations des nègres sont pléthores. Il y a ceux qui veulent se faire la main, en attente d’une carrière d’écrivain sous leur nom propre. Il y a ceux, aussi, qui veulent mettre un pied dans une maison d’édition. Il y a ceux, enfin, qui se doivent de gagner un peu d’argent. "Je l’ai fait une fois il y a une trentaine d’année. J’avais été content de le faire, ça me mettait le pied à l’étrier. Ça me donnait du travail", témoigne pour Europe 1.fr le journaliste et écrivain Daniel Lesueur, auteur d’un billet sur le sujet sur son blog. "Les nègres sont des gens qui sont un peu pris à la gorge. Et ils ont l’espoir de pouvoir un jour écrire sous leur nom."

La méthode s’est révélée fructueuse pour un certain nombre d’écrivains. Max Gallo, François Furet, les lauréats du Goncourt Patrick Rambaud et Erik Orsenna, aujourd’hui académicien, ont fait leurs premières armes en tant que nègre.