ND-des-Landes : les cabanes bientôt démolies ?

  • A
  • A
ND-des-Landes : les cabanes bientôt démolies ?
Le juge des référés a autorisé le préfet à faire détruire les constructions "qu'il juge illicites" sur le terrain de Notre Dame des Landes@ MAXPPP
Partagez sur :

Le juge des référés a autorisé le préfet à faire détruire les constructions "qu'il juge illicites".

Démolir, oui, expulser, non. Le tribunal de grande instance de Saint-Nazaire a autorisé mardi la démolition des cabanes construites par les opposants à l'aéroport Notre-Dame-des-Landes. Mais il faudra d'abord faire expulser les squatteurs, ce qui nécessitera une nouvelle décision judiciaire, assure l'avocat des opposants.

Le juge des référés a donc autorisé le préfet de Loire-Atlantique à "solliciter les forces de l'ordre pour démolir les constructions qu'il juge illicites" à Notre-Dame-des-Landes. Les opposants, dont certains sont installés sur la zone depuis plusieurs années, avaient construit ces habitations sommaires lors d'une manifestation le 17 novembre. Elles sont devenues un symbole de la contestation au projet de nouvel aéroport.

Pas de démolition sans expulsion

notre-dame-des-landes-caban
Plusieurs "occupants sans droit ni titre" ont officiellement déclaré lundi à la préfecture et au concessionnaire de l'aéroport, le groupe Vinci, que ces cabanes sont leur domicile principal. Selon l'avocat des opposants, la préfecture de Loire-Atlantique ne pourrait donc les expulser qu'en entamant une nouvelle procédure judiciaire. "Au préalable, lorsque des gens habitent dans un lieu, pour pouvoir démolir il faut d'abord être autorisé à les expulser", a assuré Me Erwan Le Moigne.

Mais les autorités vont être confrontées à un autre problème : la trêve hivernale, qui interdit toute expulsion jusqu'au 15 mars. "En pleine trêve hivernale, le préfet devra prendre ses responsabilités", estime Cyril Bouligand, un agriculteur de 33 ans, opposé au futur aéroport. Pour Me Le Moigne, le préfet serait dans l'illégalité s'il décidait de passer en force. "La loi protège les occupants", assure-t-il.