"Nature capitale" victime de son succès

  • A
  • A
"Nature capitale" victime de son succès
@ REUTERS
Partagez sur :

L’opération, qui avait mis l'agriculture au coeur de la cité, a attiré 1,8 million de visiteurs.

Opération réussie pour "Nature capitale". Ce projet, qui avait investi les Champs Elysées dimanche et lundi, a remporté un grand succès, attirant près de 1,8 million de visiteurs en deux jours.

L’évènement a mobilisé plus d’un kilomètre de chaussée, de la place de l'Etoile au rond-point des Champs-Elysées. Haricots, bananiers, colza, vigne, blé, moutarde, féveroles, ananas : il était possible de découvrir plus d'une centaine d'espèces végétales et autant de variétés d'arbres, réparties dans 8.000 parcelles.

L’attraction a eu trop de succès

L'opération a néanmoins été victime de son succès, les espaces de circulation n’ayant pas été pensés pour accueillir autant de monde. "C'est une bonne idée, mais la circulation entre les parcelles était mal pensée. C'était un peu le Salon de l'Agriculture en plein air, on perdait de vue la finalité de l'opération", regrette Véronique Attias-Delattre, une Parisienne de 51 ans.

Pire, les agriculteurs qui devaient assurer le contact avec les visiteurs n'étaient guère visibles. Une critique entendue par Carole Doré, qui reconnaît que les 150 jeunes agriculteurs présents sur place étaient peu identifiables.

Les agriculteurs satisfaits

"L'opération a pleinement atteint son but", s'est pourtant réjouie Carole Doré, vice-présidente du syndicat des Jeunes Agriculteurs (JA), qui a organisé la manifestation avec France Bois Forêt.

"Nous voulions faire comprendre que l'agriculture est capitale pour les générations futures, qu'il est important que les agriculteurs continuent à nourrir les hommes et à habiller les paysages par la diversité des productions", a-t-elle ajouté.

Des parcelles à vendre

Après avoir passé une nuit blanche pour installer les parcelles, les agriculteurs ont commencé lundi soir à dégager la chaussée. Les 8.000 parcelles devaient être transférées sur un terrain de la commune de Dammarie-les-Lys, dans la banlieue sud de Paris.

Des fragments de ce jardin éphémère vont être vendus à la suite de l’événement entre 14 et 145 euros. "Ils vont partir vivre une autre vie. L’œuvre va se disséminer et ça s’est émouvant", avoue-t-il. "Les visiteurs pourront donc s’approprier Nature Capitale", a-t-il ajouté. D’autant qu’il ne s’agit pas simplement de donner une nouvelle vie aux morceaux de jardin. Car la vente de ces éléments permettra de réaliser une deuxième édition de Nature Capitale. Rendez-vous est déjà pris à New York.

REAGISSEZ Souhaitez-vous que ce genre de manifestation ait plus souvent lieu ?