Nantes : "Il m'a serré le cou"

  • A
  • A
Nantes : "Il m'a serré le cou"
@ MAXPPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGE E1 - Claude a été agressé par le meurtrier présumé d'une adolescente.

Il a eu la peur de sa vie. Un retraité de 81 ans raconte à Europe 1 son agression, lundi à Nantes, par l'homme qui a reconnu ensuite avoir assassiné une adolescente.

"Un fou, un fou", dit Claude, sous le choc après la visite de l'homme qui a forcé sa porte et s'est ensuite restauré, en tenant des propos décousus sur Jésus-Christ.

"Il m'a serré le cou et puis après il m'a lâché. Il a visité la maison, il a ouvert les placards. Il s'est assis dans le salon, il a mangé une mandarine qu'il avait prise dans une coupe et puis il a pris un litre de vin dans le placard. Il a bu deux ou trois verres de vin", raconte le retraité.

"Il m'a causé de Jésus Christ tout le temps, je n'ai rien compris", témoigne Claude :

Le suspect, qui est passé aux aveux mardi, a reconnu le meurtre d'une adolescente de quatorze ans, dont le corps a été retrouvé lundi dans des toilettes publiques d'un supermarché de Bouguenais, près de Nantes, en Loire-Atlantique.

"Une sorte de mission divine"

L'homme doit être mis en examen mercredi à l'issue de sa garde à vue, notamment pour homicide volontaire aggravé. Selon le procureur, il a "reconnu les faits en revendiquant une intention d'homicide".

Le suspect "a indiqué qu'il avait choisi ses victimes au hasard, a tenu des propos détachés, froids et détaillés, mais aussi parfois décousus, peu rationnels, se revêtant lui-même d'une sorte de mission divine", a précisé le procureur adjoint à Nantes.

Il avait arraché son bracelet électronique

Ce jeune homme de 25 ans était connu des services de police pour des cambriolages et vols divers. Il avait fait l'objet d'une condamnation à 8 mois de prison avec sursis en 2009 et à 5 ans de prison en 2010.

Il portait un bracelet électronique depuis février 2011, bracelet qu'il avait arraché quelques jours avant le meurtre. Depuis le 16 mars 2011, soit trois jours avant le drame, il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt.