Nanterre : l'hommage, dix ans après

  • A
  • A
Nanterre : l'hommage, dix ans après
@ MAXPPP
Partagez sur :

Huit personnes étaient tuées le 27 mars 2002 par Richard Durn, à l'issue d'un conseil municipal.

Deux semaines après les fusillades toulousaines et Montalbanaise de Mohamed Merah, Nanterre a rendu hommage mardi aux victimes d'une autre fusillade, survenue il y a dix ans.

Le 27 mars 2002, à 1h11, les élus de la ville des Hauts-de-Seine bouclent un conseil municipal dédié au budget quand Richard Durn, présent dans l'assistance et connu comme militant écologiste, se lève et vide trois chargeurs de gros calibre sur les élus majoritairement communistes. Huit élus meurent et 19 autres sont blessés par le tueur fou de 33 ans.

Conduit au 36, quai des Orfèvres, Richard Durn s'était suicidé en se défenestrant au deuxième jour de sa garde à vue dans les locaux de la brigade criminelle.

Le reportage de France 3 après le drame :

Des allées baptisées du nom des victimes

En fin de journée, une cérémonie a eu lieu dans le nouveau quartier des Terrasses, près de la Défense, où huit allées ont été chacune baptisée du nom de l'une des huit victimes. "Nous tenions à réunir leur mémoire côte à côte, comme ils l'étaient lors de la nuit du 26 au 27 mars 2002", a affirmé le maire (DVG) Patrick Jarry, blessé de quatre balles par Richard Durn, pour qui le drame est une "blessure qui ne s'est pas réellement refermée".

Étaient notamment présents Claude Guéant, ministre de l'Intérieur, Cécile Duflot, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, Jean-Paul Huchon, président (PS) du conseil régional et Lionel Jospin, Premier ministre à l'époque des faits.

Après avoir observé une minute de silence, les participants ont marché, en cortège, pour dévoiler les plaques des allées portant les noms des victimes.

"Des moments douloureux"

A 1h11 mardi matin, plusieurs rescapés, entourés de proches des défunts et d'élus avaient déjà observé une minute de silence devant l'hôtel de ville de Nanterre. "Il était important et symbolique d'être là, dix ans après, sous les fenêtres de la salle du conseil municipal", a affirmé le conseiller municipal d'opposition (MoDem) Pierre Creuzet, grièvement blessé lors de la tuerie de Richard Durn, et qui était à l'initiative de cette cérémonie commémorative.

D'autres élus, qui avaient assisté au conseil municipal sanglant de 2002, étaient également présents à l'instar de la députée (DVG) et ex-maire Jacqueline Fraysse, du premier maire-adjoint Gérard Perreau-Bezouille et de Patrick Jarry.

"C'est un moment un peu tendu avec à la fois des moments douloureux qui se mêlent à des souvenirs, ceux d'amis et de collègues qui ont disparu brutalement", a affirmé Patrick Jarry. "Cela rappelle un évènement très dur mais aussi le grand élan de solidarité qu'il y avait eu autour de nous", a souligné Gérard Perreau-Bezouille, qui avait été le premier à intervenir pour maîtriser Richard Durn.