Mur des cons : l'auteur du film "assume"

  • A
  • A
Mur des cons : l'auteur du film "assume"
@ Capture Le Figaro.fr
Partagez sur :

Le journaliste qui a filmé le mur du Syndicat de la magistrature estime avoir "rempli [son] devoir d'information".

On connaît désormais l'auteur de la vidéo du "mur des cons". Il s'agit de Clément Weill-Raynal, un journaliste de France 3. Ce dernier a reconnu avoir filmé le "mur" du Syndicat de la magistrature début avril, alors qu'il s'y trouvait pour interviewer la présidente, Françoise Martres. Il s'en est expliqué, lundi.

"J'ai agi spontanément". Le journaliste est sorti de l'ombre lundi, assumant "parfaitement être l'auteur de cette vidéo", dans une interview à Atlantico.fr, le site qui a révélé l'information il y a une semaine. Alors qu'il se rend au Syndicat de la magistrature pour y interviewer Françoise Martres, la présidente, Clément Weill-Raynal est interpellé par une accumulation de photos sur le mur. "Elle ne voulait pas que l'on tourne dans cette pièce. J'ai insisté pour des raisons de luminosité avant de remarquer le 'Mur des cons'", détaille-t-il. "J'ai agi spontanément, le déclic a été rapide. J'ai senti qu'il fallait révéler ces images au public".

"J'ai passé une copie du film". Après avoir discrètement filmé ce mur avec son téléphone portable, Clément Weill-Raynal s'interroge de la suite à donner. "Au début, je me demandais ce que ces images valaient vraiment", se rappelle-t-il. Pourquoi ne pas en avoir parlé au sein de sa rédaction, à France 3 ? "Je me suis dit : si j'en parle, ça va être connu. Et j'ai un peu la crainte que le Syndicat de la magistrature découvre que des images du mur ont été tournées", explique-t-il dans une interview au Figaro :

Finalement, le journaliste décide d'en parler à un magistrat, à qui il fournit une copie de la vidéo. "A partir de là, ça m'a échappé", assure Clément Weill-Raynal. "Soit le magistrat en question, soit des intermédiaires, transmettent ensuite la vidéo à Atlantico, et j'ai appris mardi soir qu'ils l'avaient et qu'ils allaient la sortir", détaille-t-il. Revoyez ci-dessous la vidéo du "Mur des cons" :

"Un prétexte pour demander ma tête". Clément Weill-Raynal s'est dit "totalement effaré" par la réaction du SNJ-CGT, le syndicat de la chaîne. "Ils m'accusent de vol d'images, d'atteinte à la déontologie, de manipulation". "Aujourd'hui, la CGT réclame ma tête auprès de la direction (...) Il est évident que certains motifs évoqués sont un prétexte et qu'ils veulent ma tête parce que j'ai révélé quelque chose qui concerne un syndicat de magistrats dont ils sont idéologiquement proches. Je ne pense pas qu'ils défendent l'intérêt des journalistes mais des intérêts idéologiques", assène le journaliste.

Une sanction ? Ce serait "une grande injustice". Attaqué par le syndicat de sa chaîne qui défend donc le Syndicat de la magistrature, Clément Weill-Raynal prendrait une sanction comme "une grande injustice et je l’interpréterais comme une sanction politique", dit-il sur Atlantico.fr. Lundi, France 3 a annoncé l'ouverture d'une procédure disciplinaire "suite aux premiers éléments de l'enquête interne" à l'encontre de son l'auteur de la vidéo qui "a fait le choix d'en dissimuler l'existence à sa hiérarchie". Au terme de cette procédure, "la direction décidera ou non d'une sanction disciplinaire", a précisé la chaîne, qui a dit lancer ce processus "hors de toute polémique, sans se prononcer sur l'opportunité de la diffusion de ces images, ni moins encore sur le fond du dossier".