Mory Ducros : vers une sortie de crise

  • A
  • A
Mory Ducros : vers une sortie de crise
@ Capture d'écran site Mory Group
Partagez sur :

SOCIAL - Le plan social pour les quelque 3.000 salariés de Mory Ducros qui ne seront pas repris a été amélioré.

La partie continue pour sauver Mory Ducros. Le comité d'entreprise (CE) du transporteur de colis a entamé jeudi l'examen du plan social et de l'offre de reprise d'Arcole Industries négociés au cours de la nuit sous l'égide du ministère du Redressement productif à Bercy, a constaté une journaliste de l'AFP. La réunion, qui se tient dans la salle d'un hôtel parisien, a commencé peu après 10 heures et tout le monde accepte le compromis, selon les informations d'Europe 1.

Une offre validée par les syndicats. Présent à la réunion l'ancien patron de Geodis, Jean-Louis Demeulenaere doit prendre la présidence de l'entreprise si l'offre de reprise d'Arcole est retenue par le tribunal de commerce de Pontoise (Val-d'Oise). Ce dernier doit examiner l'offre d'Arcole vendredi. Les conditions de l'offre du principal actionnaire de Mory Ducros, qui prévoit de garder 2.210 salariés sur plus de 5.000, et le supplément d'indemnités de licenciement pour les autres, relevé à 30 millions d'euros, ont été approuvés cette nuit par les syndicats CFDT, CFTC, FO et CFE-CGC.

"3.000 pour les 3.000". Les négociations ont permis aux 3.000 salariés de toucher 3.000 euros d'indemnités supplémentaires. La contrepartie est la levée immédiate de la grève et de tous les blocages en cours. Selon les informations d'Europe 1, les blocages sont quasiment tous levés, sauf sur trois sites, Lyon, Gonnesse et Libercourt, mais le déblocage pourrait intervenir rapidement car le CGT appelle à la fin de la grève et le retour au travail.

"On est allé au bout du bout". Cette ultime négociation a permis "d'éviter une liquidation judiciaire aujourd'hui", "on est allés au bout du bout", a commenté Fabian Tosolini, porte-parole de la CFDT-Transports. "Cet accord sauve plus de 2.000 personnes, ce n'est pas une victoire car 3.000 personnes vont être dans la charrette. Il y a énormément d'amertume", a assuré Daniel Gianetto, représentant FO au CE. Alain Charpentier, représentant CGT, seul syndicat non signataire de l'accord mais qui appelle à la levée des agences bloquées, avouait que "le dénouement qui arrive est un soulagement pour tout le monde". "Les camarades ont bien bagarré pour obtenir 30 millions", a-t-il ajouté. Le tribunal de commerce doit se prononcer vendredi sur l'offre de reprise d'Arcole Industrie.

sur le même sujet, sujet,

EMPLOI - "Le risque de perdre les 5.000 emplois" est écarté

ZOOM - L'Etat au secours de Mory Ducros

CRISE - Mory Ducros: 3.100 emplois sur la sellette

L'INFO - Mory Ducros placé en redressement judiciaire

EMPLOI - Vers un plan social historique