Mort, l'agent municipal continuait de pointer

  • A
  • A
Mort, l'agent municipal continuait de pointer
@ MaxPPP
Partagez sur :

La municipalité d’Avignon a ainsi mis au jour une combine des employés pour "sécher" le travail.

L’INFO. L’affaire des "pointeurs anonymes" empoisonne la vie de la municipalité à Avignon depuis quelques jours.  Les responsables de la mairie ont découvert que certains employés municipaux pointaient en lieu et place de leurs collègues pour masquer leur absence. C'est la mort d’un agent a permis de découvrir le pot-aux-roses. Et pour cause, malgré son décès, il continuait de pointer à la mairie, comme le révèle mercredi Le Dauphiné Libéré.

Une combine pour "sécher" le travail. Grâce à ce stratagème, selon le quotidien régional, certains employés pouvaient s’adonner en toute discrétion à des activités assez éloignées de ce pourquoi ils étaient payés, comme la pêche, la cueillette de champignons ou le travail au noir.

Une enquête en cours. Du côté de la municipalité d’Avignon, on indique  qu’une enquête interne a été lancée pour identifier les employés fraudeurs. "On respecte le deuil de la famille", a-t-on justifié auprès d’Europe1.fr.  2.000 agents municipaux sont employés par la mairie d’Avignon. Cette affaire ne concernerait qu’une minorité d’entre eux. Reste à déterminer comment les absences de ces agents ont pu passer inaperçues au yeux des chefs d’équipe et des responsables de service.

"Un cas très isolé". L'affaire ne concernerait que "deux personnes", selon Jean-Louis Cros, directeur général des services de la mairie d'Avignon, contacté par Europe 1. La personne qui a badgé à la place de l’employé mort est son chef d’équipe. Il s'est présenté lui-même à sa hiérarchie et a reconnu tout de suite les faits. Il a précisé que c’était la première fois qu'il agissait de la sorte. Ce chef d’équipe, dont le service gère l'entretien des écoles notamment, avait sous ses ordres trois à 4 personnes. Pour Jean-Louis Cros, qui s'étonne de la médiatisation de l'affaire, tout indique "que c’est un cas très isolé".