Mort de Sollacaro : six interpellations

  • A
  • A
Mort de Sollacaro : six interpellations
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les suspects ont été arrêtés dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de l'avocat corse.

L'enquête sur l'assassinat, en octobre 2012, de l'ancien bâtonnier d'Ajaccio, Antoine Sollacaro progresse. Six personnes ont en effet été interpellées et placées en garde à vue mercredi matin, a appris Europe 1, confirmant une information de France 3 Corse.

>> A lire - L'ancien avocat de Colonna assassiné

Un CRS parmi les suspects. Quatre l'ont été en Corse et deux autres sur le continent, dans les Bouches-du-Rhône. Ces hommes sont soupçonnés d'avoir fourni armes et motos aux tueurs de l'avocat corse. Parmi eux, figurent un garagiste d'Ajaccio et un CRS, actuellement en poste à Saint-Étienne, interpellé à son domicile familiale près de Marseille.

Selon les informations d'Europe 1, ce policier a été arrêté car son empreinte génétique a été retrouvée sur une moto qui a peut-être été utilisée par les tueurs. Les policiers veulent comprendre pourquoi et dans quelles circonstances son ADN s'est retrouvé sur l'engin. Seule certitude : le policier n'était pas en Corse au moment des faits même s'il y était passé quelques mois auparavant avec son unité. A-t-il contrôlé le deux-roues ou est-ce un simple concours de circonstances ? C'est ce que devrait permettre d’éclaircir l'enquête.

Une mystérieuse moto. Selon les enquêteurs, qui s'appuient sur des témoignages et des enregistrements vidéo, cette même moto aurait pu être utilisée pour l’assassinat de l'avocat et celui du président de la Chambre de commerce et d'industrie de Corse-du-Sud qui avait suivi. Les enquêteurs tentent donc de remonter la piste d'une BMW 1200 retrouvée abandonnée début décembre dans un ravin.

>> A lire - Jacques Nacer : CCI, foot et nationalisme

La DRPJ est appuyée par des policiers de l'Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO) et de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI). L'enquête est supervisée par la Juridiction inter-régionale spécialisée (JIRS) de Marseille.

Un meurtre qui avait créé la stupeur. Pour rappel, Antoine Sollacaro, ténor du barreau, avocat d'Yvan Colonna, avait été tué par balles par un tueur à moto alors qu'il se trouvait en plein jour au volant de sa voiture dans une station-service de la route des Sanguinaires, près du centre de la cité impériale. L'assassinat de l'un des plus brillants pénalistes insulaires avait provoqué la stupeur dans l'île comme sur le continent.

Ce crime avait été suivi le 14 novembre de l'assassinat du président de la Chambre de commerce et d'industrie de Corse-du-Sud, Jacques Nacer, tué par balles dans son magasin de confection par un commando de tueurs également à moto.