Mort de François Mourmand : non-lieu confirmé

  • A
  • A
Partagez sur :

La cour d'appel de Douai, dans le Nord, a confirmé vendredi la décision de non-lieu dans l'enquête sur le décès en détention de François Mourmand, qui avait été suspecté dans l'affaire de pédophilie d'Outreau, a-t-on appris de source judiciaire. Une première décision de non-lieu avait été prononcée en juillet par un juge de Lille en charge de l'information judiciaire pour homicide involontaire ouverte contre X dans cette affaire de décès en prison. Lydia Mourmand, la soeur du défunt qui a toujours clamé son innocence, avait interjeté appel de cette décision. Elle peut encore aujourd'hui décider de se pourvoir en cassation.

François Mourmand est mort à 32 ans en juin 2002 d'une surdose médicamenteuse alors qu'il était en détention provisoire à la maison d'arrêt de Douai après sa mise en examen dans l'affaire d'Outreau. En première instance, le juge en charge de l'affaire avait estimé que son décès était dû à une intoxication médicamenteuse, dont les causes n'ont pas pu être établies avec certitude. Dans son ordonnance, le magistrat instructeur avait notamment fait valoir que François Mourmand ne prenait pas son traitement conformément aux prescriptions, évoquant un "effet potentiellement létal mais imprévisible du mélange médicamenteux". Sur les 17 autres personnes mises en cause dans l'affaire d'Outreau il y a dix ans à la suite d'accusations propagées par des enfants, treize ont été acquittées, en première instance en 2004 à Boulogne-sur-Mer ou en appel en 2005 à Paris.