Mort de Brice Taton : un hooligan arrêté

  • A
  • A
Mort de Brice Taton : un hooligan arrêté
Brice Taton est mort le 29 septembre dans un hôpital de Belgrade après avoir été sauvagement agressé par des hooligans en marge d'un match de football.@ MAXPPP
Partagez sur :

En fuite depuis l’agression fatale au Français en 2009, il a été interpellé mercredi en Espagne.

L’arrestation. Il est considéré comme l’un des meneurs du groupe de hooligans qui avait causé la mort de Brice Taton, en marge d’un match de football à Belgrade en 2009. Djordje Prelic, condamné par défaut dans cette affaire, a été interpellé mercredi près de Barcelone. "Les autorités espagnoles nous ont informé que le processus d'identification avait été achevé et qu'il s'agit bien de Djordje Prelic", a confirmé à la presse le Premier ministre serbe Ivica Dacic.

Une cavale de plus de trois ans. Djordje Prelic était en fuite depuis le meurtre de Brice Taton. Il avait été condamné en première instance, en 2011, à 35 ans de prison avant que cette peine ne soit ramenée, fin janvier 2012, en appel à quinze ans de prison. Au total, quatorze personnes ont été condamnées en Serbie pour le meurtre du supporter toulousain, âgé de 28 ans.

>>> A LIRE AUSSI : Procès Taton : des peines satisfaisantes

Une agression sauvage. Le 17 septembre 2009, quelques heures avant une rencontre opposant le Partizan Belgrade à Toulouse en Europa League, Brice Taton et d’autres supporters avaient été attaqués avec une violence extrême par des hooligans serbes dans le centre de la capitale alors qu'ils prenaient un verre sur la terrasse d'un café.

Brice Taton a été retrouvé grièvement blessé à la tête et au thorax en bas d'un escalier suite à une chute d'une hauteur de plus de 4 mètres. Il est mort le 29 septembre dans un hôpital de Belgrade.

La douleur de la famille ravivée. Du côté de la famille de Brice Taton, contactée par Europe 1, l’annonce de l’arrestation de Djordje Prelic est accueillie avec amertume. Les proches du jeune homme craignent que le Serbe, qui réfute toute responsabilité, n’entame une procédure judiciaire pour obtenir un nouveau procès.