Montebourg, Wauquiez et le cas Lejaby

  • A
  • A
Montebourg, Wauquiez et le cas Lejaby
Arnaud Montebourg s'associe à l'offre de reprise de Lejaby menée par la co-fondatrice de Princesse Tam Tam.@ MAXPPP
Partagez sur :

Les deux élus locaux ont chacun leur poulain pour reprendre l'entreprise de lingerie.

A droite, Laurent Wauquiez, maire UMP du Puy-en-Velay. A gauche, Arnaud Montebourg, député PS de Saône-et-Loire. En jeu, le sauvetage de l'usine Lejaby d'Yssingeaux, en Haute-Loire. Chacun y va donc de son offre de reprise : Laurent Wauquiez assure avoir "cinq pistes sérieuses", tandis qu'Arnaud Montebourg s'associe à l'offre de reprise menée par la co-fondatrice de Princesse Tam Tam.

"Pas de faux espoirs"

"Il faut être très prudent, ne pas donner de faux espoirs" aux salariés, prévient Laurent Wauquiez. Mais le ministre de l'Enseignement supérieur a tout de même annoncé jeudi avoir "cinq pistes sérieuses" de repreneurs. Pour chacune des pistes, "nous allons mettre sur la table le maximum d'argent et d'accompagnement en terme de réindustrialisation, afin de garder les emplois", s'est-il engagé. Mais le maire du Puy-en-Velay a indiqué qu'il était "trop tôt" pour dire combien de salariés pourraient être gardés.

Laurent Wauquiez doit se rendre à l'usine Lejaby vendredi. Un déplacement qui n'enthousiasme pas les ex-salariées. "Jusque-là il n'est pas venu nous voir. Maintenant, c'est un peu tard", estime l'une d'elles. "Il ne faut pas que le projet soit un feu de paille et que l'on recommence dans six mois", prévient-elle.

Montebourg arrive avec Tam Tam

Trois heures plus tard, c'est Arnaud Montebourg qui se rendra sur place. Le socialiste, qui s'était rendu la semaine dernière à Yssingeaux, apporte sa propre pierre à l'édifice. Il doit venir en Haute-Loire accompagné d'Assya Hiridjee, ancienne directrice de collection chez Princesse Tam Tam. Elle "s'apprête à créer une nouvelle marque française de lingerie féminine, et souhaite produire cette lingerie en France", assure l'élu de Saône-et-Loire.

"Sa venue à Yssingeaux a pour objet d’examiner les conditions concrètes de reconstitution d’un atelier dans l’usine de Haute-Loire, en mesurer la faisabilité technique et financière et rencontrer les ouvrières Lejaby pour discuter avec elles des conditions de remise en marche d’un outil de travail sur le site Lejaby", écrit Arnaud Montebourg sur son site internet.

Montebourg en mission pour Hollande

François Hollande a expliqué jeudi soir lors de l'émission Des Paroles et des actes, sur France 2, que c'est lui qui avait mandaté Arnaud Montebourg "pour aller rencontrer les salariés". Le candidat socialiste précisé que le député de Saône-et-Loire était "en train, avec mon soutien, de chercher des repreneurs". François Hollande a assuré que s'il était président de la République, il chercherait à trouver un repreneur pour l'usine Lejaby d'Yssingeaux, assurant "nous les aiderons jusqu'au bout".

Le préfet du Rhône a quant à lui obtenu mercredi du nouveau président de Lejaby, Alain Prost, qu'il laisse les quelque 200 machines à coudre dans l'atelier. "Il nous a demandé de participer" pour faciliter une reprise de l'usine d'Yssingeaux, probablement dans le secteur du textile, et "nous avons acquiescé", a expliqué Alain Prost, qui assure se sentir "responsable, concerné, quelquefois même coupable" par rapport à ces salariés. "Nous avons même proposé d'envoyer du matériel plus performant" du siège de Rillieux, a-t-il ajouté.