Monflanquin : Tilly condamné en appel

  • A
  • A
Monflanquin : Tilly condamné en appel
@ MAXPPP
Partagez sur :

Thierry Tilly a écopé de 10 ans de prison pour "abus de faiblesse" dans l'affaire Monflanquin.

10 ans de prison pour 10 ans d'embrigadement. Thierry Tilly a été condamné mardi par la cour d'appel de Bordeaux à dix ans de prison, dans l'affaire dite des "Reclus de Monflanquin", une famille d'aristocrates qu'il a ruinée au terme d'une longue et incroyable manipulation. La cour a suivi les réquisitions du ministère public, qui avait demandé dix ans, soit deux de plus que lors de sa condamnation en première instance.

>> A lire - Monflanquin : le "show" de Tilly en appel

Vers un pourvoi en cassation. Sa peine pour "abus de faiblesse de personnes en état de sujétion psychologique" a par ailleurs été assortie de cinq ans de privation des droits civiques et civils. Après la lecture de l'arrêt, l'avocat de Thierry Tilly, Me Alexandre Novion, a indiqué que son client n'excluait pas de se pourvoir en cassation. Son complice Jacques Gonzalez, 66 ans, condamné à quatre ans de prison par le tribunal correctionnel, s'était désisté de son appel.

10 ans de manipulation. Cette condamnation met un terme au long calvaire de la famille de Védrines, débuté en 1999. De la grand-mère aux petits-enfants, pendant dix ans, le gourou présumé a entraîné onze membres de cette grande famille aristocratique du Sud-Ouest dans une incroyable descente aux enfers. S'immisçant progressivement dans la famille, Thierry Tilly l'a convaincue qu'elle était la cible d'un mystérieux complot, ourdi notamment par les francs-maçons.

>> A lire aussi - Monflanquin : 10 ans de manipulation

A mesure que son emprise grandissait, les onze membres de la famille de Védrines se coupaient du monde. D'abord dans le château familial de Monflanquin, en Gironde, puis dans le dénuement d'une maison d'Oxford, en Grande-Bretagne jusqu'en 2009. Bijoux de famille, mobilier, appartements, immeubles, maisons, même le château de Monflanquin : en dix ans, sur les "conseils avisés" de Thierry Tilly, la famille s'est délestée d'un patrimoine de 4,5 millions d'euros au profit d'une fondation humanitaire fantôme.

21.09.12.bandeau.chateau monflanquin

© Maxppp

Où est passé l'argent du patrimoine de Védrines ? A l'époque des faits, Thierry Tilly l'appelait le patron. Jacques Gonzalez est désormais son complice présumé. Une grande partie du patrimoine de Védrines aurait servi à alimenter le train de vie de ce sexagénaire qui a comparu en fauteuil roulant. Un tiers des 4,5 millions d'euros soutirés sont passés dans ses frais d'entretiens tels des costumes Zegna, montres Rolex, et grosses BMW.

>> A lire aussi - Monflanquin : "la méthode du serpent"

Les victimes indemnisées à hauteur de 4,6 millions. Malgré des écoutes téléphoniques dans lesquelles Jacques Gonzalez semble donner les ordres, le parquet a estimé que Thierry Tilly était le mentor de l'affaire. Les deux hommes avaient été condamnés à indemniser les victimes à hauteur de 4,6 millions d'euros pour le préjudice matériel et de 505.000 euros pour le préjudice moral, ce que la cour d'appel a confirmé.

24.09.12 monflanquin de védrines

© Maxppp

Une palette de techniques manipulatoires. Thierry Tilly a donc été condamné au terme de procès en appel où il n'aura eu de cesse de brouiller les cartes, en multipliant les déclarations plus fantaisistes les unes que les autres. Tout y était passé, la famille d'Angleterre, le général de Gaulle, ("j'ai assisté à sa mort dans son bureau") et l'héritage du philosophe Raymond Aron.

Dans ses réquisitions, l'avocat général Pierre Bellet avait en effet décrit la palette de techniques manipulatoires dont il a usé pour mettre "en état d'embrigadement" psychique ses victimes. Me Daniel Picotin, avocat de plusieurs membres de la famille de Védrines, s'est quant à lui félicité de cet arrêt qui reconnaît pleinement la "notion d'emprise mentale", alors qu'il prône une meilleure prise en compte juridique de la manipulation mentale.

>> A lire aussi - Monflanquin : Tilly se met en scène