Monflanquin : 8 moments forts du procès

  • A
  • A
Monflanquin : 8 moments forts du procès
@ Maxppp
Partagez sur :

L’avocat général a requis 10 ans de prison contre Thierry Tilly à l’issue d’un procès haut en couleurs.

Le procès des "reclus de Monflanquin" vit ses dernières heures avant les plaidoiries attendues vendredi à Bordeaux. Durant deux semaines, le tribunal a passé au crible l’histoire d’une famille qui s'est ruinée en dix ans, entre 2000 et 2009, en obéissant aveuglément aux préconisations d'un homme, Thierry Tilly qu'elle avait admis en son sein. Retour sur les moments forts du procès.

Une famille noble composée de "gens normaux". Au premier jour de l’audience, les hommes de la famille Védrines sont apparus en veste et chemise, cravate ou col ouvert. De leur côté, les femmes étaient toutes blondes, en veste pour la génération aînée, en pull léger pour les jeunes femmes. L’ensemble  a renvoyé l'image d'une famille de la noblesse du sud-ouest, posée, installée, instruite."Des gens normaux", a conclu un expert-psychiatre, qui ont pourtant tous été trompés par un même homme.

ghislaine de vedrines procès gourou de monflanquin MAXPPP 930620

© MAXPPP

La colère de Ghislaine de Védrines. "C’est un menteur et un affabulateur", s'est exclamé Ghislaine de Védrines, celle qui a présenté à ses proches Thierry Tilly, à la sortie de la première journée d’audience, à l’adresse du prévenu Thierry Tilly. "Il nous a kidnappés, disant tout et son contraire à chacun et nous montant les uns contre les autres", a-t-elle résumé.

>> A LIRE AUSSI : "Je ne sais pas comment je suis tombée"

"Je descends des Habsbourg". Très attendu, le prévenu Thierry Tilly a livré par le menu sa version des faits. Pour convaincre, il n’a pas hésité à remonter jusqu’aux branches les plus éloignées de son arbre généalogique présumé. "Je descends des Habsbourg", "j'ai été otage des francs-maçons, à la mode latine", "j'ai sauté à 12 ans d'un Transall avec une dérogation du général Bigeard", a-t-il notamment fait valoir à l’audience. 

04.10_thierry-tilly_maxppp_

Un prévenu "saoûlant".  Les divagations et moults détails livrés par le prévenu ont surtout eu le don d’agacer la présidente du tribunal, Marie-Thérèse Bancal. Cette dernière ne s’est d’ailleurs pas privée de le lui dire : "Arrêtez de saouler le tribunal", a-t-elle ordonné à Thierry Tilly.

>> A LIRE AUSSI : Monflanquin : Tilly se met en scène

Le "pistolet psychologique". Pour évoquer les relations qui s’étaient nouées entre la famille de Védrines et Thierry Tilly, Diane, une des jeunes filles de la famille, a eu cette expression : "Il nous a mis un pistolet psychologique sur la tempe". En 2004, le "gourou" a fait vivre la famille dans l’idée permanente du danger et du complot, les poussant à vivre sur eux-mêmes dans leur château de Monflanquin.

21.09.12.bandeau.chateau monflanquin

© Maxppp

"Il nous a transformés en sous-hommes". Christine de Védrines a, elle, raconté son calvaire en évoquant deux semaines à Oxford où elle affirmé avoir enduré une séquestration, sans nourriture ni sommeil, pour lui faire avouer le lieu d'un trésor imaginaire. "Thierry Tilly nous avait réduit à un état de sous-hommes", affirme-t-elle, "nous étions dans un autre monde, très fatigués physiquement et psychologiquement", a-t-elle affirmé.

Un prévenu comparé à Hannibal Lecter. Lors de leur témoignage, les membres de la famille n’ont pas manqué de mots pour qualifiés Tilly : "un manipulateur, un escroc, un prédateur", à la façon "d'Hannibal Lecter", le monstre cannibale du "Silence des Agneaux", a ainsi estimé Guillaume de Védrines.

>> A LIRE AUSSI : Qui est le gourou de Monflanquin

Un co-prévenu descendant de la grande noblesse espagnole. Jacques Gonzalez, aujourd’hui âgé de 65 ans, se présentait à l’époque des faits comme "Gonzalez Santo de la Vega", descendant de la noblesse espagnole.

04.0_jacques-gonzalez_maxppp_reuters_930x620

Complice présumé de Thierry Tilly, il a comparu en fauteuil roulant. Il aurait à l’époque touché une partie des sommes récupérées par le "gourou" pour alimenter une prétendue fondation humanitaire.  C'est ainsi qu'un tiers de 4,5 millions d'euros soutirés aux de Védrines dans toute cette affaire passeront à ses frais d'entretien tels des costumes Zegna, montres Rolex, et grosses BMW compris.

Le parquet général a requis dix ans de prison contre Thierry Tilly. "C'est la durée de la peine de réclusion qu'il a infligée à la famille de Védrines", a souligné l'avocat général Pierre Bellet en se prononçant en faveur de la peine maximum encourue. Pour son complice Jacques Gonzalez, il a requis cinq ans de prison, dont un avec sursis.