Moins de vacances pour les Français

  • A
  • A
Moins de vacances pour les Français
Selon un rapport, les Français ont été 2,2 millions de moins à partir en vacances en 2011 par rapport à 2010.@ MAXPPP
Partagez sur :

Seuls les plus riches ne sont pas concernés par la baisse des départs en vacances en 2011.

Toutes les catégories sociales ont été concernées par un recul du nombre de départs en vacances en 2011. Toutes, sauf les classes les plus riches. C'est ce que révèle une étude du baromètre annuel d'Opodo-Raffour publiée mardi. Selon ce rapport, les Français ont été 2,2 millions de moins à partir en vacances en 2011 par rapport à 2010. En cause, la crise économique et les tensions géopolitiques survenues dans l'année.

L'an dernier, 29,6 millions de Français sont partis en courts séjours marchands ou en longs séjours de toutes sortes, contre 31,8 millions en 2010.  56% de la population française est partie en vacances en 2011 contre 61% en 2010. Un niveau proche de l'année 2009, qui fut l'une des pires du tourisme français.

"L'écart se creuse entre les Français"

Sans surprise, les Français les plus pauvres sont les plus touchés par ce recul des départs en vacances. Ainsi 86% des Français dont le foyer perçoit plus de 3.000 euros net avant impôts sont partis en 2011, une hausse de 6 points sur un an (80% en 2010). A contrario, seuls 63% des Français gagnant 2.000 à 3.000 euros sont partis en vacances, soit une baisse de 4 points. 48% de ceux qui ont entre 1.000 et 2.000 euros et 30% de ceux qui gagnent moins de 1.000 euros.

"L'écart se creuse nettement entre les Français situés dans la tranche supérieure et ceux dont les revenus sont plus modestes", a abondé le directeur marketing d'Opodo France, Jérôme Laurent. "La distorsion est flagrante en 2011. On voit une fragilisation de ceux qui ont moins de moyens", a renchéri Guy Raffour, PDG du Cabinet Raffour Interactif.

La majorité des catégories sociales opte donc pour des séjours en France. En 2011, 80% des vacanciers ont fait au moins un séjour en France, 35% sont allés à l'étranger et 15% ont fait les deux. Au total, 65% des Français sont restés exclusivement en France.

Des séjours plus courts et moins coûteux

Beaucoup de Français ont revu à la baisse la durée de leurs vacances. Le taux de départ en longs séjours, au moins quatre nuits, a chuté de 5 points, il concerne 53% des vacanciers. Les escapades de courts séjours jusqu'à trois nuits ont elles progressé de 4 points, soit 30% des vacanciers.

Un constat valable même quand il s'agit de séjours non marchands. "Même les taux de départ des longs séjours non marchands ont baissé significativement de sept points. Même s'ils n'ont pas de frais d'hébergement, ces vacanciers ont renoncé aux vacances à cause des coûts de transport ou des dépenses à assumer sur place", constate Guy Raffour.

Pour le cabinet Cabinet Raffour Interactif, ce recul des départs en vacances est notamment dû à la crise économique qui a amputé les budgets loisirs, surtout les plus modestes. Le Printemps arabe explique également la baisse des départs en vacances. Ces destinations à bas prix, comme la Tunisie ou même l'Egypte, étaient habituellement plébiscitées par les foyers peu aisés.