Moins de tués sur les routes

  • A
  • A
Moins de tués sur les routes
@ MAXPPP
Partagez sur :

En plein débat sur le permis à points, les chiffres de la sécurité routière sont bons.

Le nombre de tués sur les routes de France métropolitaine en septembre a chuté de 7% sur un an. Le chiffre signe une nouvelle baisse en plein débat sur un assouplissement des conditions de récupération des points perdus du permis de conduire.

"Tous les indicateurs en amélioration"

"Il y a eu 27 morts de moins en septembre 2010 (357) par rapport à septembre 2009 (384), soit une baisse de 7%", s'est félicitée vendredi la Sécurité routière dans son communiqué mensuel de chiffres provisoires. "Tous les autres indicateurs de l'accidentalité routière sont en amélioration" ajoute la Sécurité routière, avec -16,7% de personnes hospitalisées, -4,6% de blessés et -5,1% d'accidents corporels. Le mois d'août avait déjà connu une baisse de 4,9% du nombre des tués, à 392 morts, après un très mauvais mois de juillet (+13,1%).

206 vies épargnées

Sur les neuf premiers mois de 2010, le nombre des morts baisse. "Ce sont 206 vies qui ont été épargnées (-6,5%)" par rapport à la même période de 2009", a relevé la Sécurité routière. "Depuis le 1er janvier, la tendance des autres indicateurs est également "à l'amélioration": -24,6% de blessés hospitalisés, et -14,7% de blessés, précise-t-elle.

"Ces résultats sont encourageants, mais ils doivent nous conforter dans notre détermination à lutter contre les comportements dangereux de la minorité d'automobilistes qui mettent en danger la vie des autres", a insisté la Sécurité routière, selon laquelle "la météorologie" a été "plus favorable à la sécurité routière" en septembre qu'il y a un an.

Ces chiffres sont rendus publics alors que des parlementaires se sont saisis d'un éventuel aménagement du permis à points, contre l'avis du gouvernement. Le Sénat, en adoptant un amendement du sénateur UMP Alain Fouché, s'est prononcé pour ramener le délai de récupération des 12 points à un an, et la Commission des Lois de l'Assemblée à deux ans.