Moins de morts sur les routes en avril

  • A
  • A
Moins de morts sur les routes en avril
@ MAXPPP
Partagez sur :

La baisse de la mortalité sur les routes est même très forte : -22% sur un mois.

C'est une bonne nouvelle pour la prévention routière. Le nombre de personnes tuées sur les routes de France métropolitaine a à nouveau fortement baissé en avril, de 22,2%, après -9% en mars et -25,3% en février, a annoncé vendredi la Sécurité routière dans un communiqué. 280 personnes ont malgré tout perdu la vie le mois dernier dans des accidents, mais 80 vies ont été épargnées dans le même temps par rapport à la même période il y a un an.

Des facteurs météo qui comptent

Pour la Sécurité routière, avril 2011 avait connu un "emballement" lié à "une météorologie d'exception : excédent thermique d'ordre cinquantenaire, déficit pluviométrique supérieur à 70% sur les 3/4 du territoire, excédent d'ensoleillement généralisé (tous facteurs générateurs de sur-trafics)". Mais le nombre de tués reste également inférieur à celui d'avril 2010, lorsque 296 personnes avaient péri sur la route.

Par rapport à l'année précédente, "avril 2012, lui, est revenu bien plus proche des normales de saison, et même en excédent pluviométrique. La persistance des prix hauts des carburants aura également contribué à la contraction des trafics, et par conséquent de l'accidentalité", explique la Sécurité routière. Sur les quatre premiers mois de l'année, 202 vies ont été épargnées, ce qui équivaut à une baisse du nombre de tués de 16,1%. La même période a vu "2.791 blessés évités et 1.240 personnes qui n'ont pas été hospitalisées", ajoute la Sécurité routière.

La prudence reste de mise

Le président Nicolas Sarkozy a plusieurs fois réaffirmé l'objectif de faire baisser le nombre de tués sur les routes de France métropolitaine à moins de 3.000 en 2012 contre 3.970 en 2011. L'objectif est jugé pour le moment irréaliste par les associations d'usagers et les observateurs du secteur. Le délégué interministériel à la Sécurité routière, Jean-Luc Névache, avait de son côté estimé en mars qu'"il n'y a pas de palier à la diminution, moins de 3.000 morts par an c'est possible".

Et la prudence reste de mise. "A l'approche des premiers beaux jours et du pont de l'Ascension, ces résultats, particulièrement encourageants, ne doivent pas endormir la vigilance de tous. Chacun doit redoubler d'attention et poursuivre ses efforts", tient à rappeler la Sécurité routière.