"Mohamed" devait devenir "Alexandre"

  • A
  • A
"Mohamed" devait devenir "Alexandre"
Au téléphone, Mohamed devait se présenter comme "Alexandre".@ MAXPPP
Partagez sur :

Un stagiaire avait reçu l’ordre de changer de prénom au téléphone. Il a refusé et porté plainte.

Dans le cadre de sa terminale Comptabilité, Mohamed, 19 ans, devait effectuer un stage dans une entreprise de livraison à domicile. C’était la première fois que le lycéen intégrait une entreprise. Son stage devait consister à démarcher de nouveaux clients par téléphone, en leur offrant des promotions. Mais le patron de la société Maximo, à Tournes, dans les Ardennes, lui a demandé de changer de prénom auprès des clients.

"Un délit pénal"

"Son directeur est venu le trouver pour lui demander de changer de prénom, puisque selon lui Mohamed n’était pas un prénom courant, et que ça passait mieux avec Alexandre", raconte Xavier Médeau, l’avocat du jeune homme, sur Europe 1. "Mohamed a rétorqué qu’il n’avait pas à changer de prénom et que c’était une position inadmissible. Il s’est plaint auprès de la direction, qui lui a dit que si c’était comme ça, son stage prenait fin. Il a été remercié et a perdu le bénéfice de son stage parce qu’il a refusé de céder à cet ordre."

Mohamed a porté plainte pour discrimination. "C’est un délit pénal", rappelle maître Médeau. "Le fait de demander à quelqu’un de changer ou de franciser son prénom parce qu’il a une consonance étrangère, c’est une discrimination fondée sur les origines et sur le patronyme. C’est passible du tribunal correctionnel pour le représentant de l’entreprise qui s’est rendu coupable de cet agissement."

"L’expérience a été plutôt raide"

Aujourd’hui, Mohamed est choqué. "C’était une première expérience, en immersion, pour faire connaissance avec le monde du travail. Là, l’expérience a été plutôt raide", déplore maître Médeau, porte-parole du jeune homme, qui refuse d’évoquer l’affaire ou de dévoiler son nom de famille. Le lycéen craint en effet que cela ne freine davantage le début de sa vie professionnelle.