Mission accomplie pour Soyouz

  • A
  • A
Mission accomplie pour Soyouz
Dans un nuage de feu et de vapeur gigantesque, la fusée s’est envolée "après dix ans d’effort en commun" a souligné un des responsables d'Arianespace.@ ARIANESPACE
Partagez sur :

Les deux 1ers satellites de Galileo ont été mis sur orbite vendredi par la fusée russe, partie de Guyane.

Le  premier vol inaugural de Soyouz depuis le Centre spatial guyanais (CSG) à Kourou aura été un succès. La fusée russe a mis sur orbite les deux premiers satellites opérationnels de Galileo, le système de navigation européen concurrent du GPS américain, a annoncé Arianespace. "Je pense qu'on peut dire qu'on vient d'ouvrir un nouveau chapitre de notre histoire, celui d'une Europe qui réussit (...) et qui sait coopérer", a déclaré, tout sourire, Jean-Yves Le Gall, PDG d'Arianespace, quelques minutes après la mise sur orbite des deux satellites.


































type='application/x-shockwave-flash'

id='single2'

name='single2'

src='http://www.videocorner.tv/videocorner2/live_flv/player-licensed.swf'

width='720'

height='404'

bgcolor='undefined'

allowscriptaccess='always'

allowfullscreen='true'

wmode='transparent'

flashvars='file=http://hwcdn.net/q9w9t4k6/fms/a5_vod/vod_live/VS01_FR_Full.f4v.smil&provider=highwinds&streamer=http://hwcdn.net/q9w9t4k6/fms/a5_vod/vod_live/VS01_FR_Full.f4v.smil&controlbar=over&autostart=true'

/>



Malgré la pluie s'abattant sur son pas de tir de Sinnamary, commune voisine de Kourou, le mythique lanceur russe avait décollé comme prévu à 7H30 heure locale (12H30 heure de Paris), ses puissants moteurs embrasant les nuages bas sous les applaudissements des dizaines de journalistes, européens et russes, et employés du CSG venus assister à cet événement. Environ deux minutes plus tard, la fusée s'est séparée des quatre propulseurs qui constituent son premier étage, poursuivant sa course vers l'espace. Moins de dix minutes après le décollage, le troisième étage du lanceur s'est décroché de l'étage supérieur "Fregat" qui renferme les deux satellites Galileo. Fregat a alors allumé son propre moteur, survolant l'Asie et l'Océan indien pour venir placer les satellites sur leur orbite circulaire définitive, au sud de l'Australie.

Peu après 11h20 heure guyanaise (16h20 heure de Paris), une nouvelle salve d'applaudissements et de cris de joie en une multitude de langues européennes ont salué la réussite parfaite de l'opération au centre de contrôle du CSG.Au total, cette mission de Soyouz, prévue initialement jeudi mais reportée de 24 heures en raison d'une vanne défectueuse, aura duré 3 heures et 50 minutes.

Un déploiement de 30 satellites à l'horizon 2014-201

Lancer d'un seul coup les deux premiers satellites opérationnels Galileo, d'un poids de 700 kg chacun, avec une fusée Soyouz depuis ses bases habituelles de Plessetsk (Russie) ou Baïkonour (Kazakhstan) aurait été impossible. Pour son 1.777e tir, le lanceur russe a en effet bénéficié en Guyane française, d'un coup de pouce supplémentaire que lui fournit la rotation de la Terre, beaucoup plus importante à proximité de l'Equateur. Cet "effet de fronde" permet d'augmenter considérablement sa charge utile.

Deux autres satellites Galileo doivent être lancés par un tir de Soyouz en 2012. La constellation atteindra à terme un déploiement de 30 satellites à raison de six à huit lancés par an. Le service complet sera possible dès que 18 satellites seront en service, c'est-à-dire à l'horizon 2014-2015.

Financé à 100% par la Commission européenne et mis en oeuvre par l'Agence spatiale européenne (ESA), Galileo assure pouvoir fournir une meilleure couverture et une meilleure précision que ses concurrents (GPS américain et GLONASS russe). Alors que le GPS dispose de 24 satellites (dont trois de secours) à 20.200 km d'altitude, Galileo prévoit d'en aligner 30 (dont trois de secours également) à 23.222 km.