Michel Neyret raconte la prison

  • A
  • A
Michel Neyret raconte la prison
@ Reuters
Partagez sur :

Une semaine après sa libération, l'ex-N°2 de la PJ évoque pour son "difficile" séjour en prison.

La vie de prison vue par l'ex-N.2 de la police judiciaire. Dans une interview à France Info diffusée jeudi, Michel Neyret évoque pour la première fois son "difficile" séjour en prison, d'où il est sorti mercredi dernier après près de huit mois de détention provisoire.

"Depuis 8 jours, je suis en liberté, placé sous contrôle judiciaire et je suis très heureux d'avoir retrouvé mon extérieur. Ce séjour en prison bien entendu, a été très difficile comme pour beaucoup. Mais désormais, j'apprends à reprendre vie", commence Michel Neyret. Mis en examen pour corruption, trafic d'influence, association de malfaiteurs ou encore trafic de stupéfiants, il était détenu à la prison de la Santé à Paris depuis le 3 octobre.

25 kilos de courriers reçus

Placé sous un strict contrôle judiciaire et vivant dans l'est de la France où il pointe chaque jour à la gendarmerie, l'ancien responsable policier ne s'exprime pas sur le fond du dossier. "J'attends désormais de reprendre et de reconstruire une nouvelle vie avec ma famille qui m'a soutenu pendant cette épreuve. Ce soutien familial a été fondamental", explique Michel Neyret qui rend hommage au "travail exemplaire et professionnel" de ses avocats.

Il remercie également "solennellement" les personnes qui lui "ont manifesté du soutien, de l'amitié, de l'estime, de la considération, de la sympathie" durant sa détention à la maison d'arrêt parisienne de la Santé où il dit avoir reçu "plus de 1500 lettres, 25 kilos de courriers", "un véritable réconfort".

Soupçonné d'avoir fourni des renseignements à des personnes réputées proches du milieu lyonnais, Michel Neyret, figure naguère emblématique de la police lyonnaise, a été mis en examen en octobre, notamment pour corruption, trafic d'influence, association de malfaiteurs ou encore trafic de stupéfiants.S'il a concédé des "imprudences" en acceptant cadeaux et "faveurs" en échange de renseignements (notamment des fiches de police), il réfute tout enrichissement personnel.