Meurtre d'Amine: un ado en garde à vue

  • A
  • A
Meurtre d'Amine: un ado en garde à vue
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'enquête sur l'agression mortelle dont a été victime Amine, vendredi soir, au Kremlin-Bicêtre, dans le Val-de-Marne, progresse. Un adolescent a été placé en garde à vue lundi soir, a-t-on appris de sources concordantes.

>> A lire - Rixe au Kremlin-Bicêtre : un mineur frappé à mort

Agé de 14 ans, l'adolescent doit être entendu pour déterminer son éventuelle participation au passage à tabac qui a coûté la vie au jeune Amine, âgé de 16 ans. Hébergé dans un foyer pour jeunes en rupture de Gentilly, l'adolescent a été placé en garde à vue lundi soir, dans les locaux de la police judiciaire du Val-de-Marne à Créteil, selon une source policière.

La victime inconnue des services de police. Amine, 16 ans, avait été hospitalisé vendredi soir dans un hôpital parisien. Il se trouvait entre la vie et la mort après une rixe entre groupes de jeunes, qui s'est déroulée au Kremlin-Bicêtre, près de la porte d'Italie. Amine avait été roué de coups et frappé à la tête par un "objet non-contondant". Victime d'un traumatisme crânien, il est mort samedi, en milieu de journée.

Scolarisé au collège George-Sand dans le XIIIe arrondissement de Paris, l'adolescent, originaire de Gentilly, était inconnu des services de police. La mort du jeune Amine a suscité, notamment sur les réseaux sociaux, de nombreux hommages et témoignages de sympathie.

Pas un affrontement entre bandes. L'enquête doit notamment déterminer si Amine a été agressé lors de la rixe entre jeunes ou s'il a été passé à tabac en marge de celle-ci alors qu'il se trouvait seul sur la voie publique. Huit mineurs, qui avaient été interpellés à l'issue de cette bagarre, ont tous été relâchés durant le weekend.

Plusieurs sources policières ont écarté l'hypothèse d'un affrontement entre bandes, véritablement structurées pour le contrôle d'un territoire, ou ayant pour objet le trafic de stupéfiants. En visite sur place samedi, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls avait d'ailleurs regretté "une violence entre jeunes pour des motifs futiles", "véritablement insupportable".