Metzner met en cause la police

  • A
  • A
Metzner met en cause la police
@ REUTERS
Partagez sur :

Me Olivier Metzner affirme qu’un mandat a été émis. Mais le procureur de Nantes dément.

Tony Meilhon aurait-il dû être arrêté en décembre ? Me Olivier Metzner, l'avocat de la famille biologique de Laëtitia, la jeune femme tuée à Pornic, a indiqué lundi qu'un mandat d'arrêt visant Tony Meilhon, le principal suspect du meurtre, avait été émis en décembre dernier. Un mandat qui visait l’homme de 31 ans dans le cadre d'une autre affaire, mais qui n'aurait pas été exécuté.

Laëtitia "serait vivante si la police avait fait son travail"

"Le 10 décembre, les gendarmes se sont rendus chez la mère de Tony Meilhon car il l’avait vu entrer chez elle. Mais ils sont repartis sans l’interpeller alors qu’il était recherché", raconte Me Olivier Metzner, interrogé sur Europe 1. "Le lendemain ils ont entendu sa mère qui a tenu des propos accablants en disant que son fils était incontrôlable, dangereux et qu’elle avait peur qu’il commette l’irréparable", poursuit l'avocat.

"Et puis, le 13 décembre, un juge a lancé un mandat d’arrêt contre Meilhon pour une affaire de vol de voiture. Et depuis, plus rien, si ce n’est un mois plus tard le meurtre d’une jeune femme qui serait vivante si les services de police et de gendarmerie avaient fait leur travail", estime-t-il. "Je suis accablé quand je vois qu’on reporte la responsabilité sur les magistrats qui, eux, ont fait leur travail, alors que la responsabilité est à chercher ailleurs", conclut l’avocat.

Un procès-verbal de gendarmerie, consulté par l'AFP, fait en effet état d'un "mandat d'arrêt" visant Tony Meilhon, après une plainte pour vol de véhicule. Dans le PV établi par les gendarmes de la section de recherches d'Angers, il est indiqué que "le nommé Tony Meilhon fait l'objet pour cette procédure d'un mandat d'arrêt en date du 13 décembre 2010 délivré par le TGI de Nantes". Ce PV fait également état d'une autre enquête, pour destruction de véhicule par incendie visant Tony Meilhon. Selon le PV, il s'agit de la destruction de la voiture d'un collègue de sa compagne.

"Il n’y avait pas de mandat d’arrêt inscrit"

Mais les propos tenus par Me Metzner ne sont pas confirmés par le procureur de Nantes. Xavier Ronsin affirme lundi qu'il n'avait pas connaissance du mandat d'arrêt concernant Tony Meilhon, émis avant l'affaire Laëtitia. "S’il est fait allusion au fait que monsieur Meilhon a été aperçu, par les gendarmes, au volant d’une voiture volée, dans la région nantaise, là, bien sûr je peux confirmer. C’est un élément qui est connu depuis longtemps et qui avait fait objet, de la part des gendarmes, d’un signalement au parquet de Nantes. Le parquet avait, ensuite, décerné un mandat de recherche", déclare le procureur sur Europe 1. "Ça fait partie des éléments très connus du dossier", souligne-t-il.

"Un mandat d’arrêt est une décision d’un juge. Logiquement elle apparaît dans le casier judiciaire", poursuit-il. "Et lorsque la procédure - que vous connaissez - a débuté il n’y avait pas de mandat d’arrêt inscrit sinon on l’aurait su", conclut Xavier Ronsin.