Metzner était "un colosse fragile"

  • A
  • A
Metzner était "un colosse fragile"
"Il est triste que quelqu'un d'aussi talentueux que lui n'ait pas réussi à trouver les ressources pour se défendre de lui-même et contre lui-même", a réagi son associé.@ MAXPPP
Partagez sur :

REACTIONS - L'ex-Garde des Sceaux Rachida Dati et Me Georges Kiejman rendent hommage à l'avocat.

L'info. Le corps sans vie de Me Olivier Metzner a été retrouvé dimanche matin flottant au large de son île privée dans le golfe du Morbihan. Une lettre faisant part de son intention de mettre fin à ses jours a été retrouvée chez lui. Depuis l'annonce de sa disparition, plusieurs figures du barreau ont fait part de leur stupeur ou de leur tristesse. Voici quelques réactions à la mort de ce grand pénaliste.

>>> PORTRAIT : le brillant parcours d'Olivier Metzner

Défendre, "c'était sa vie"

"Un passionné" (Dati). La Garde des Sceaux Rachida Dati a rendu hommage dimanche soir sur Europe1 à "un ami". Pour elle, "le barreau français perd un immense défenseur des droits de la défense". "Tout le monde cite les grands dossiers mais il m'est arrivé de lui demander de défendre des anonymes, des démunis et il l'a toujours fait", a-t-elle souligné en parlant d'un homme "passionné". Etre avocat, "pour lui ce n'était pas un métier, c'était sa vie", a-t-elle encore dit.

"Un colosse qui avait lui aussi ses fragilités" (Me Kiejman). "Je suis abasourdi. Sa mort me surprend et me choque" a réagi, sur Europe1, Me Georges Kiejman après l'annonce de la mort d'Olivier Metzner dimanche matin. "C'est un grand défenseur qui disparaît", a confié celui qui l'a souvent côtoyé dans les prétoires.

"J'avais une admiration intellectuelle pour lui mais ça ne m'empêchait pas de croire, à tort apparemment, que peut-être il pouvait manquer de coeur et de sensibilité. Tout à coup, les conditions de sa mort me permettent de réexaminer tout ça et de voir qu'Olivier Metzner avait lui aussi ses fragilités", a souligné Georges Kiejman. "Ce colosse que je voyais comme tel avait lui aussi ses fragilités", a conclu l'avocat.

"Rageant quand on connaît son énergie et son intelligence"

"Il voulait faire le tour du monde" (son associé), au micro d'Europe 1. "Il était très solitaire, très pudique. Il laissait peu les gens entrer dans sa sphère privée. Je peux vous dire que rien ne laisser penser qu'il prendrait une telle décision. Son cigare, les quintes de toux qui allaient avec nous manqueront. Il avait l'intention de naviguer, de faire le tour du monde. Etant jeune, il avait beaucoup navigué, notamment avec Tabarly. Il éprouvait ces derniers temps l'envie, et peut-être le besoin, de prendre le large. Derrière le grand professionnel qu'il était, il y avait un homme extrêmement sensible, écorché vif, qui ne s'était jamais dévoilé. Peut-être, par cet ultime geste, a-t-il voulu tirer sa révérence à sa façon".

Il avait la passion de défendre, il était l'un des meilleurs pour défendre les autres mais n'a pas su se défendre de lui-même", a réagi dimanche Emmanuel Marsigny, associé d'Olivier Metzner depuis 1998. "Il est triste que quelqu'un d'aussi talentueux que lui n'ait pas réussi à trouver les ressources pour se défendre de lui-même et contre lui-même", a ajouté l'avocat. "C'est rageant quand on connaît son énergie et son intelligence", a-t-il poursuivi.

"L'un des plus grands pénalistes de notre barreau" (bâtonnier de Paris). Dans "un état de choc" dimanche, Me Feral-Schuhl voit en Olivier Metzner "l'un des plus grands pénalistes de notre barreau, qui avait su faire de la procédure pénale une arme au service de la défense". Pour elle, l'avocat était "l'un des plus grands spécialistes de la procédure pénale". "On le retrouve dans beaucoup des grandes causes" de ces dernières années, a-t-elle rappelé. 

>>> A LIRE AUSSI : l'avocat de Me Olivier Metzner retrouvé mort