Merah : Hollande promet la transparence

  • A
  • A
Merah : Hollande promet la transparence
Plus de 1.500 personnes étaient rassemblées dimanche matin à Toulouse@ EUROPE 1/BENJAMIN PETER
Partagez sur :

Le président de la République a souhaité que toute la lumière soit faite sur l'affaire Merah.

• L'info. Dimanche matin, à Toulouse, François Hollande était venu participer à une cérémonie à la mémoire des victimes de Mohamed Merah. Devant plus d'un millier de personnes, le chef de l'Etat a rappelé que "la démocratie est toujours plus forte que le fanatisme". "Aujourd'hui, un an plus tard, des français de toutes confessions sont là pour témoigner de leur solidarité et de leur unité. C'est la meilleure des réponses, la plus solide face au terrorisme".

Tolérance zéro pour l'antisémitisme. Dans son discours, François Hollande a également rappelé que rien ne serait toléré en matière d'antisémitisme. " Les enfants de Toulouse sont morts pour la même raison que ceux du Vel d'hiv ou de Drancy, parce qu'ils étaient juifs. Chaque fois qu'un juif est insulté, c'est un outrage qui est fait à notre pays." Selon lui, "rien ne doit être considéré en cette matière comme anodin ou insignifiant", a-t-il encore souligné, rappelant les mesures qui ont déjà été prises pour lutter contre les dérives antisémites, notamment sur les réseaux sociaux.

"Connaître les responsabilités" dans l'affaire Merah. Le président de la République a par ailleurs promis de tout faire pour lever les zones d'ombres qui entourent l'enquête. "La réponse est due aux familles et à la France toute entière. Je m'en porte garant", a-t-il affirmé. " L'enquête sera menée au bout, pour connaître les faits, les responsabilités. (…) De même, nous devons tout savoir des éventuels dysfonctionnements des services concernés.

L'action au Mali. Enfin, le chef de l'Etat a défendu l'action militaire française au Mali, qui a coûté samedi la vie à un cinquième soldat français. "Laisser tomber le Mali dans les mains des terroristes, c'était ouvrir de nouvelles filières de recrutement. C'était laisser s'organiser un sanctuaire terroriste, laisser soumettre un peuple, asservir des femmes, détruire des édifices inscrits au patrimoine de l'Humanité. C'était aussi exposer notre pays, sur notre sol."