Mediator : Servier "prend acte"

  • A
  • A
Partagez sur :

Dans un communiqué publié vendredi, les laboratoire Servier ont affirmé prendre acte des conclusions du rapport d'expertise judiciaire du pôle Santé du TGI de Paris sur le Médiator. Selon ces conclusions présentées vendredi par le parquet de Paris,  les décès à court terme imputables à une valvulopathie sont évalués entre 220 à 300 à court terme et entre 1.300 et 1800 à long terme. "Ces conclusions n'apportent pas d'élément supplémentaire concernant le risque de valvulopathie lié à la prise de Mediator", a estimé le laboratoire dans son communiqué ajoutant qu'il continuera "d'assumer (sa) responsabilité et indemniser(a) toutes les victimes des effets secondaires du Mediator".

"Les conclusions du rapport ne remettent pas en cause le fait que Les Laboratoires Servier ont parfaitement tenu informé les autorités de santé tout au long de la vie du médicament. S'agissant des données scientifiques concernant la nature et les effets de la molécule", précise le communiqué. La commercialisation du médicament, dont les "propriétés anorexigènes puissantes", selon le rapport du pôle Santé sont confirmées, aurait dû être suspendue entre 1998 et 2003 par Servier ou par les autorités au vue des premiers cas, selon ces conclusions. Le Mediator a été suspendu en en novembre 2009 et retiré définitivement en juillet 2010.