Mediator : Servier indemnisera-t-il vraiment toutes les victimes ?

  • A
  • A
Mediator : Servier indemnisera-t-il vraiment toutes les victimes ?
@ Max PPP
Partagez sur :

DÉCRYPTAGE- Le nouveau dirigeant du laboratoire pharmaceutique, a annoncé qu'il indemnisera les victimes. Irène Frachon dénonce un effet d'annonce.

Servier tente de redorer son image. Près d'un mois après la mort de son fondateur, Jacques Servier, le nouveau dirigeant du laboratoire pharmaceutique s'est adressé aux victimes du Mediator. Olivier Laureau a assuré mercredi que le groupe "assumera ses responsabilités" en indemnisant "tous les patients qui ont souffert" du Mediator, cet antidiabétique, commercialisé par les laboratoires Servier et qui serait à l'origine de la mort de 2.100 personnes. Mais pour celle qui l'a dénoncé la première, la pneumologue Irène Frachon, ces déclarations ne sont que des effets d'annonce. Explication de texte.

La phrase. "Dans le cadre de l'Oniam (Office national d'indemnisation des accidents médicaux) et des affaires civiles, nous avons indemnisé, nous indemnisons, et nous indemniserons tous les patients qui ont souffert du produit". La phrase est signée Olivier Laureau, le nouveau président du laboratoire pharmaceutique Servier, interrogé lors d'une rencontre avec des journalistes.

jacques servier procès mediator 1er jour e1default 930620

La précision. "C'est quelque chose que nous avons dit depuis le début : Servier va assumer ses responsabilités et tous les patients qui ont souffert du Mediator seront indemnisés. Ça a été mis en place dès le début de l'affaire par le fonds d'indemnisation. Et cela concerne tous les dossiers mis en place et finalisés par l'Oniam. Servier a tout indemnisé. C'est la politique de la maison de continuer à faire ainsi", a martelé, de son côté, Lucy Vincent, directrice générale des relations extérieures des labos Servier, interrogée par Europe 1.

La réponse. Mais pour Irène Frachon, ces annonces ne sont pas nouvelles. "C'est mot pour mot le même discours que l'on a entendu en boucle depuis que le drame a éclaté. Ils disent : 'on va assumer nos responsabilités, on va indemniser tout le monde'", rappelle la spécialiste au micro d'Europe 1.

irene frachon explique le mediator avec des jouets pour enfant CHLOE TRIOMPHE

© EUROPE 1/ CHLOE TRIOMPHE

Selon la pneumologue, ces annonces ne représentent pas la réalité de la situation des victimes qui demandent à être indemnisées et dont les dossiers sont rejetés la plupart du temps. "Sur le terrain, avec toutes les victimes, j'étudie chaque jour des expertises et les réponses des laboratoires Servier. C'est absolument effrayant. Les laboratoires Servier contestent tout, virgule par virgule, et ils lâchent, quand ils ne peuvent plus tenir, quelques picaillons, une aumône. Pour l'instant, on est dans un comportement du laboratoire Servier qui est honteux et scandaleux", déplore encore Irène Frachon.

La riposte. En riposte, elle appelle donc les nombreuses victimes du Mediator à prendre au mot les laboratoires Servier en envoyant leur demande d'indemnisation. "Aujourd'hui, les nouveaux dirigeant prennent l'initiative d'appeler à l'indemnisation. On va les prendre à la lettre. Je pense qu'il existe plus de 10.000 victimes du Mediator qui n'ont pas adressé leur dossier, ou dont les dossiers s'enlisent dans des procédures sans fin. Donc, il faut que les victimes déposent leur dossier à l'Oniam. Aujourd'hui, c'est le moment", conseille-t-elle.

21.05_dossier proces servier e1default 930x620.jpg

Et sur le plan judiciaire ? Parallèlement à ces procédures civiles, des milliers de victimes du Mediator attendent le procès prévu au premier semestre 2015. Ce procès visant les laboratoires Servier porte notamment sur des faits de tromperie, d'escroquerie et de trafic d'influence. Il est reproché aux personnes poursuivies d'avoir dissimulé les risques liés au Mediator. Ce procès pourrait donc donner lieu à d'importantes indemnisations de victimes. Et l'enjeu pour le groupe Servier oscille là entre un et deux milliards d'euros.

Un deuxième procès devrait intervenir plus tard. Il concerne les faits d'homicides et blessures involontaires, et l'éventuelle causalité entre la prise de Mediator et les pathologies développées par chacun des plaignants. Cette seconde enquête risque de prendre plusieurs années en raison du grand nombre de personnes ayant pris le médicament.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

L'INFO - Servier "assumera" et indemnisera les victimes

RETOUR SUR - Jacques Servier est mort

TEMOIGNAGE E1 - "J'espère que le procès ira jusqu'au bout"

ARCHIVE - Servier : "on s'en fout du procès Mediator"

JUSTICE - Mort de Servier : que va devenir le procès du Mediator ?