Mediator : le fonds d’indemnisation débordé

  • A
  • A
Mediator : le fonds d’indemnisation débordé
Le Fonds public d'indemnisation lancé le 1er septembre a reçu 130 dossiers en deux jours.@ MAXPPP
Partagez sur :

130 dossiers ont déjà été reçus par le Fonds d’indemnisation des victimes, lancé jeudi.

500 appels en deux jours. Les victimes du Mediator se sont manifestées en masse après le lancement, jeudi, du Fonds public d’indemnisation, a indiqué dimanche Xavier Bertrand, le ministre de la Santé, invité du Grand rendez-vous Europe 1-Le Parisien/Aujourd’hui en France-i-Télé. Outre les 500 appels, le Fonds a déjà reçu 130 dossiers et 500 formulaires ont été envoyés. Et le ministre de se dire satisfait de la réaction du gouvernement sur l’affaire du Mediator, affirmant que "cela montre qu'on a bien fait d'aller vite, on doit cela aux victimes du Mediator".

Xavier Bertrand a également lancé un "message" aux laboratoires Servier, fabricants du Mediator, médicament antidiabétique qui serait responsable de 500 à 2.000 décès. "Depuis des mois et des mois, vous nous dites que vous allez participer, faites-le pour les malades", a martelé le ministre sur Europe 1.

Dossiers examinés par des experts

Le Fonds public d’indemnisation est géré par l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux, l’Oniam. Les demandes des victimes présumées sont étudiées par des experts, qui déterminent "les dommages et les responsabilités".

A partir de cet avis, ce sera aux laboratoires Servier de faire une proposition d’indemnisation. Si Servier refuse, les victimes seront indemnisées par l’Oniam, qui se fera ensuite rembourser par Servier, si besoin en passant par la justice. Le traitement des dossiers pourra prendre près d’un an.