Mediator : des anomalies pointées dès 1998

  • A
  • A
Mediator : des anomalies pointées dès 1998
Un rapport sur le Mediator, envoyé en mars 1998 à l'Agence du médicament, pointait du doigt le médicament pour son coût de remboursement.@ maxppp
Partagez sur :

Un rapport pointait déjà du doigt le médicament pour son coût élevé à l’Assurance maladie.

Nouvelle polémique autour du Mediator. Selon Le Figaro, le médicament - prescrit aux diabétiques mais utilisé par de nombreux patients comme coupe-faim - avait fait l’objet d’alerte des médecins de l'Assurance maladie de la région Bourgogne à l’Agence du médicament en 1998.

Le Mediator, un coût élevé pour les contribuables

Onze ans avant son interdiction, les médecins ont alerté les autorités du taux élevé de remboursement du Mediator. Car pour la seule région Bourgogne, la facture pour la Sécurité sociale s'élevait à 4 millions de francs (soit environ 610.000 euros) par an, selon un rapport adressé à l'Agence du médicament.

Un chiffre que les auteurs du rapport avaient jugé, à l’époque, extrêmement élevé. "Bien que faisant partie d'une liste de substances anorexigènes, le Mediator ne fait pas l'objet d'une prescription restreinte", déploraient-ils. "On ne peut que s'étonner de cet état de fait qui prend une dimension particulière lorsque l'on pose parallèlement la question de l'utilité réelle du Mediator sur un plan médical", expliquaient-ils.

Demande de reclassement

Dans ce rapport, les médecins de l’Assurance maladie n’ont pas seulement critiqué le coût du Mediator. Ils se sont aussi interrogés sur "l'efficacité" et "la sécurité" de la molécule des laboratoires Servier. Par conséquent, ces professionnels de santé avaient recommandé, en mars 1998, "un reclassement dans le groupe des amphétamines avec la législation qui s'y rapporte (prescription restreinte)" comme "mesure de premier niveau".

Entre 1999 et 2009, ce médicament a coûté 423 millions d'euros à la Sécurité sociale et aux complémentaires santé, selon une note confidentielle de l'Unocam, qui réunit fédérations d'assurances et mutuelles complémentaires santé.

Le Mediator, médicament destiné aux diabétiques en surpoids et largement détourné comme coupe-faim, a été commercialisé en France de 1976 à novembre 2009, date de son retrait du marché. Utilisé par cinq millions de personnes, il pourrait être responsable d'au moins 500 à 2.000 décès, selon les estimations.