Mediator : Bertrand "stupéfait" par Servier

  • A
  • A
Mediator : Bertrand "stupéfait" par Servier
Xavier Bertrand a mis en avant le sérieux des études, qui font état de 500 à 2.000 morts.@ Reuters
Partagez sur :

Le ministre de la Santé a réagi vivement aux "trois morts" cités par le patron du laboratoire.

Combien de personnes sont-elles décédées à cause du Mediator ? Sur cette question cruciale, l’agence française de sécurité sanitaire des médicaments et des produits biologiques (Afssaps) fait état de 500 à 2.000 décès liés au médicament. Mais selon Jacques Servier, patron du laboratoire qui produisait les médicaments, le Mediator "n’a fait que trois morts", raconte Libération.

Des propos qui ont stupéfait Xavier Bertrand, s’ils "ont été réellement tenus". Lors d'une conférence de presse consacrée à la médecine de proximité, le ministre de la Santé a rappelé le sérieux des études menées sur le sujet.

"500 est un très beau chiffre marketing"

"500 est un très beau chiffre marketing, mais il ne s'agit que de 3 morts", aurait lancé Jacques Servier, patron et fondateur du laboratoire qui porte son nom, lors de ses vœux au personnel, qui n'étaient pas publics. "Les autres avaient déjà des valvulopathies" aurait-il encore assuré.

Des déclarations qui interviennent alors que le gouvernement se montre de plus en plus prudent sur le sujet : "Aujourd'hui, le message que nous devons passer auprès des patients c'est : ‘si vous avez pris du Mediator, allez consulter votre médecin, c'est important de le faire’. Et donc il ne faut pas qu'il y ait des propos qui cherchent à minimiser, ou à remettre en cause, ou à contester", a déclaré Xavier Bertrand.

Servier au courant depuis 2009

Le Mediator, médicament destiné aux diabétiques en surpoids et aussi utilisé comme coupe-faim, a été commercialisé en France par Servier en 1976 jusqu’en novembre 2009, où il a été retiré du marché. Il a été utilisé par 5 millions de personnes.

Un rapport commandé par Servier et réalisé par un cardiologue montre que le laboratoire Servier était au courant des risques du Mediator depuis 2009. Et n’a jamais demandé à ce que le médicament soit retiré du marché.