Médecine : 10 euros de plus à 80 ans ?

  • A
  • A
Médecine : 10 euros de plus à 80 ans ?
La consultation en cabinet serait portée à 33 euros (au lieu de 23), la visite à domicile à 43 euros (au lieu de 33) pour les généralistes.@ Max PPP
Partagez sur :

Un syndicat de médecins veut voir revaloriser le tarif des consultations pour les personnes âgées.

Dix euros de plus pour une consultation si vous êtes âgé de 80 ans ou plus : c'est la proposition choc du premier syndicat de médecins libéraux, la CSMF, pour améliorer la rémunération des praticiens. Elle a été formulée alors que des négociations sont en cours pour limiter les dépassements d'honoraires au sein de la profession.

Concrètement, pour ces patients âgés, la consultation en cabinet serait portée à 33 euros (au lieu de 23), la visite à domicile à 43 euros (au lieu de 33) pour les généralistes. Mais le dispositif concernerait aussi les spécialistes. Cette majoration ne s'appliquerait que pour les tarifs Sécu (secteur 1) et serait donc remboursée. Pour l'instant, l'Assurance maladie a répondu que ce sujet "n'était pas à l'ordre du jour".

>>> A lire : Honoraires : des médecins disent stop

"Plusieurs maladies"

chassang 930

© Max PPP

Pour Michel Chassang, président de la CSMF, il s'agit de rendre "plus attractif" le secteur 1, qui regroupe les médecins qui ne pratiquent pas de dépassements contrairement à ceux du secteur 2, à honoraires libres. La raison également invoquée est qu'il faut plus de temps pour faire un bon diagnostic.

"La grande majorité [des patients âgés, NDLR] ont plusieurs maladies, ont des traitements qui sont souvent compliqués, sont très souvent ralentis, ont très souvent des difficultés d'audition, de vision. Tout concourt à faire que ces consultations sont plus longues, plus difficiles et exigent de la part du médecin beaucoup plus d'énergie", détaille au micro d'Europe 1, Michel Chassang. Chez une personne de plus de 80 ans, la consultation prend "au minimum 30 minutes", quand la moyenne est de 17 à 20 minutes pour les autres patients, affirme-t-il. Et chaque année, les médecins effectuent entre 20 et 30 millions de consultations pour des personnes âgées de plus de 80 ans, selon lui.

"Une discrimination"

Des personnes âgées marchent avec une canne - MAXPPP

© MAXPPP

Cette idée est loin de faire l'unanimité chez les patients. "C'est une discrimination. Pourquoi plus de 80, moins de 80. Je ne crois pas qu'il y ait de finalité entre l'âge et l'état pathologique des individus. Quelqu'un qui a 60 ans peut avoir une pathologie beaucoup plus élevée que celui de 80", argumente Claude, interrogé par Europe 1. Jacqueline, son épouse, assure qu'elle ne va que "deux ou trois fois par an maximum" chez le généraliste. "Je ne vois pas pourquoi tout d'un coup, je devrais payer 10 euros de plus. J'y vais, il me regarde, il renouvelle mon ordonnance et puis voilà", lance cette retraitée.

D'autres se montrent beaucoup plus compréhensifs avec cette proposition. "Je connais plusieurs personnes qui vont chez le médecin même si elles n'ont rien de particulier. Ça les conforte dans un échange dont elles ont besoin, ne serait-ce que pour être rassuré par un médecin sur leur santé", assure Constance au micro d'Europe 1. 

Des majorations existent déjà

03.01.Medecin.carte.vitale.930.620

© MAXPPP

Certains syndicats s'insurgent également contre cette option qu'ils jugent discriminatoires. "On croit rêver ! Sans généraliser, les trois-quarts des médecins prennent la tension et refont l'ordonnance lorsqu'ils visitent une personne âgée et s'il y a un coup dur, la personne part aux urgences", s'emporte Joëlle Le Gall, présidente de la Fédération nationale des associations de personnes âgées et de leurs familles.

>>> A lire : Touraine veille

"Il faut tenir compte du profil du patient mais pas de l'âge, qui n'est pas un critère recevable", renchérit Magali Leo, du CISS, collectif d'usagers. D'autant plus, selon elle, que des majorations liées à la complexité des pathologies, existent déjà, comme le forfait "visite longue" (56 euros par an) qui s'applique aux personnes souffrant de maladies neurodégénératives (du type Alzheimer ou Parkinson).

L'instigateur de cette proposition, la CSMF, assure que le critère de l'âge existe déjà : les consultations sont majorées de cinq euros chez les enfants de moins de deux ans, de trois euros pour ceux âgés de deux à six ans. Et les tarifs des anesthésies sont plus élevés pour les personnes âgées, fait remarquer Michel Chassang.