Marseille : 800 tombes découvertes dans les quartiers Nord

  • A
  • A
Marseille : 800 tombes découvertes dans les quartiers Nord
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les sépultures sont datées du 18e siècle. Un appel à témoin a été lancé pour retrouver les descendants des personnes inhumées.

Les travaux de la ligne deux du métro marseillais ont réservé des surprises. Dans les quartiers Nord, le terrassement a mis à jour un cimetière oublié du 18e siècle constitué de 800 tombes. Un trésor pour les archéologues qui ont profité de la découverte pour lancer un appel à témoin. Objectif : trouver des descendants des personnes inhumées pour les aider à identifier les corps.

Un cimetière en parfait état. Les 800 tombes mises à jour sont en excellent état, le cimetière datant du 18e siècle. Certains cercueils  sont en bois, d’autres en plombs et les squelettes parfaitement conservés. Quelques-uns ont toujours leur parure, comme du tissu, des boutons d’uniforme, des chapelets ou des petits bijoux. Autant d’indices pour redonner vie à ceux qui sont enterrés sous les quartiers Nord. "On va déjà déterminer l’âge et le sexe des individus avec les os. Puis en laboratoire, on va plus loin et on essaye de déterminer les maladies, voire les activités, car certaines activités répétitives vont se marquer sur les os. On part des squelettes et on essaye de remonter à une société", détaille Anne Richier, archéo-antropologue, responsable d’opération à l’Inrap, au micro d’Europe 1.

Un secteur qui a changé au cours des siècles. Les actuels quartiers Nord de Marseille, très populaires et qui défraient régulièrement la chronique, étaient il y a deux siècles  le secteur des huileries et des savonneries. Il a notamment accueilli de nombreux Italiens dont l’identité a été perdue. "On a retrouvé un petit garçon enterré avec un objet métallique qui s’est avéré être un jouet. C’est très touchant de travailler comme ça sur l’archéologie funéraire des temps récents", explique au micro d’Europe 1 l’archéologue Nicolas Weydert. Mais le lieu était aussi apprécié des riches propriétaires : l’appel à témoin a permis d’identifier une baronne qui avait choisi de se faire enterrer dans cette zone, qui abritait des bastides en pleine campagne.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

MARSEILLE - L'homme abattu sur l'A7 sortait de prison