Manifester, ça coûte cher aux syndicats

  • A
  • A
Manifester, ça coûte cher aux syndicats
@ REUTERS
Partagez sur :

Une journée nationale revient entre 30.000 et 400.000 euros à chaque organisation.

"C’est difficilement chiffrable". Les organisations syndicales déboursent énormément d’argent pour une journée nationale d’actions, comme celle de mardi contre la réforme des retraites. Mais peu, comme la CGT, ne veulent livrer le coût exact de l’opération.

Selon un calcul de l’AFP, une manifestation géante coûte plusieurs centaines de milliers d'euros, soit 4% à 13% du budget global du syndicat.

Une manif à 350.000 euros

"Le coût des manifestations est supporté par les organisations de base, c'est-à-dire, les unions départementales (UD) et locales (UL)", a expliqué le trésorier de la CGT, Michel Donneddu. "Pour une manifestation comme celle du 29 septembre à Bruxelles contre les plans d'austérité en Europe, le coût global est de l'ordre de 350.000 euros", a-t-il calculé.

Même calcul pour Eliane Lancette, trésorière à la FSU. "Une journée de manifestation nationale, où tout le monde vient manifester à Paris, coûte plus cher - entre 300.000 à 400.000 euros - qu'une journée nationale d'actions, qui relève des Unions départementales - environ 3.000 euros en moyenne -, où il peut y avoir plusieurs manifestations dans différentes villes".

Chez Solidaires, le trésorier dépense 45.000 euros par an pour les actions de son syndicat sur un budget global de 344.000 euros, soit 13%. A la CFDT, il n'y a pas de budget "actions" spécifique mais des lignes budgétaires pour la communication (300.000 euros) et les campagnes institutionnelles (300.000 euros) dans lesquelles puisent le syndicat, soit 4,6% de son budget global. Et à la CGE-CGC, le calcul se situe à environ 40.000 euros, "pour une journée comme celle de mardi".

Des cars, des ballons et des banderoles

L'essentiel des frais pour les syndicats consiste à affréter des cars pour se rendre aux manifestations, au prix unitaire d'environ 600 euros. L'Union départementale de la CGT du Val-d'Oise en a par exemple loué 23 pour la manifestation parisienne du 23 septembre. En Seine-Saint-Denis, il en a fallu 54, mais certains sont "prêtés par des villes ou des entreprises", précise Hervé Ossant de l’UD-CGT-93.

Les ballons géants gonflés à l'hélium aux couleurs des syndicats coûtent par exemple entre 1.000 et 2.000 euros et les banderoles entre 100 et 400 euros, selon leur taille, mais c'est un investissement réutilisé à chaque manifestation.

Dans le détail, le kit du parfait manifestant représente pour chaque syndicat une somme d'environ 10 euros, allant de l'autocollant à 4 centimes d'euro au drapeau qui vaut entre 6 et 7 euros, en passant par l'écharpe ou la chasuble qui coûte entre 2 et 2,50 euros, sans oublier le parapluie griffé entre 5 et 6 euros.