Manifestation d’enseignants le 12 mars

  • A
  • A
Manifestation d’enseignants le 12 mars
@ MAX PPP
Partagez sur :

8 syndicats d'enseignants appellent les collèges et lycées à une journée d’action nationale

L’intersyndicale enseignants a appelé mercredi les collèges et lycées à une journée nationale de grève et de manifestations le vendredi 12 mars pour protester contre les réformes dans l'Education.

L’objectif est de dénoncer " les réformes Chatel dans l'Education", explique Roland Hubert, co-secrétaire général du Snes-FSU, premier syndicat du second degré. Il s'agira de dire son opposition aux "conditions dans lesquelles va s'effectuer la rentrée en raison des coupes budgétaires et des suppressions de postes", à "la réforme du lycée" et aux "conditions d'accueil des futurs lauréats des concours enseignants à la rentrée" notamment, a-t-il ajouté.

Académie de Créteil jeudi

Cette décision intervient alors que les enseignants et lycéens de l'académie de Créteil (Val-de-Marne, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis) sont appelés jeudi à faire grève et à manifester dans la capitale pour protester contre ces réformes.

Il s'agira de la troisième journée d'action en huit jours d'enseignants de cette académie, fer de lance de la mobilisation depuis janvier. Les deux premières manifestations ont réuni à chaque fois entre 1.000 et 2.000 personnes, alors que la plupart des autres académies sont en vacances.
Entre 8.000 et 10.000 personnes avaient déjà défilé à Paris le 30 janvier dernier, derrière un chameau "pour montrer que l'école est au pain sec et que la réussite des élèves n'est pas un mirage".

Suppressions de poste

16.000 nouvelles suppressions de postes sont prévues à la rentrée. Les syndicats opposés à la réforme du lycée estiment qu'elle a été faite afin de supprimer des postes et estiment notamment qu'elle va désorganiser les établissements en "imposant une autonomie de gestion de la pénurie".

Les syndicats s'inquiètent aussi de ce que les néotitulaires pourraient avoir un temps plein dès la rentrée de septembre, ce qui n'a jamais été le cas jusqu'à présent, dans le cadre de la réforme de la formation des enseignants.

Violences

Cet appel est également lancé après plusieurs faits de violence qui ont secoué des lycées de l'académie de Créteil ces dernières semaines. Luc Chatel a annoncé mardi des "états généraux de la sécurité à l'école" qui devraient notamment réunir, en avril, collectivités locales, sociologues et experts.

Entre 8.000 et 10.000 personnes avaient déjà dernier, derrière un chameau "pour montrer que l'école est au pain sec et que la réussite des élèves n'est pas un mirage".