Manif pro-palestinienne interdite : un organisateur du NPA convoqué

  • A
  • A
Manif pro-palestinienne interdite : un organisateur du NPA convoqué
@ REUTERS
Partagez sur :

JUSTICE - L'un des organisateurs des rassemblements qui avaient dégénéré les 19 et 26 juillet à Paris est convoqué le 22 octobre devant la justice.

Il a bravé à plusieurs reprise l'interdiction de la préfecture de police d'organiser des manifestations pro-palestinienne à Paris. L'un des organisateurs des rassemblements qui avaient dégénéré les 19 et 26 juillet à Paris est convoqué le 22 octobre devant la justice. Alain Pojolat, membre du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), a reçu sa convocation après avoir été entendu mardi matin par la police, a-t-on appris auprès de l'intéressé et de source proche de l'enquête.

"Je suis convoqué pour avoir organisé une manifestation". "Il est reproché à Alain Pojolat d'avoir, malgré l'interdiction, continué à appeler à manifester", a précisé la source proche de l'enquête, assurant qu'il avait reconnu les faits devant les enquêteurs. "Je suis convoqué devant la 24e chambre du TGI pour avoir organisé une manifestation" en faveur du peuple palestinien alors qu'un "arrêté préfectoral" avait été pris pour l'interdire, a confirmé Alain Pojolat, âgé de 66 ans.

Et une... Il avait appelé, aux côtés d'autres partis et organisations, à manifester le 19 juillet dans le quartier parisien de Barbès pour soutenir les Palestiniens. Une annonce faite en dépit de l'interdiction décidée par les autorités. Des milliers de personnes s'étaient alors rendues à Barbès. Et le rassemblement avait dégénéré en affrontements violents avec les forces de l'ordre. Quarante-quatre personnes avaient été interpellées et 17 policiers et gendarmes avaient été blessés.

>> LIRE AUSSI - Désolation urbaine à Paris, après la manifestation pro-palestinienne

... Et deux manifs qui dérapent. Une autre manifestation pro-palestinienne organisée place de la République à Paris, là aussi à l'appel du NPA, avait été également interdite par les autorités le 26 juillet. Plusieurs milliers de personnes s'y étaient rendues, occasionnant des heurts limités avec les forces de l'ordre. Une soixantaine de personnes avaient été interpellées.

Le NPA a revendiqué "fièrement" dans un communiqué sa participation à ces deux manifestations, tout en appelant "l'ensemble des forces démocratiques" à "réagir contre cette intimidation". Il appelle d'ailleurs dans son texte à une nouvelle manifestation le 2 août à Paris.

>> LIRE AUSSI - La manifestation pro-Gaza fini dans la violence