Mandroux maintient son livre sur Frêche

  • A
  • A
Mandroux maintient son livre sur Frêche
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le livre de la maire de Montpellier, qui critique Georges Frêche, ne sera pas retiré des ventes.

Maire courage. Le livre de la maire de Montpellier, Hélène Mandroux, qui cible Georges Frêche, son ancien mentor devenu son pire ennemi, ne sera pas retiré des rayonnages des librairies. Le décès du président de la région Languedoc-Roussillon dimanche et son enterrement mercredi ne vont pas remettre en cause sa sortie officielle prévue jeudi, a indiqué la principale intéressée au micro d'Europe 1.

Hélène Mandroux s'est défendue au passage de critiquer le défunt président de région, Georges Frêche. "C’est un livre dans lequel je parle de beaucoup de problèmes de société. (...) Ce n’était absolument pas un règlement de comptes", a-t-elle assuré. D'ailleurs, a certifié l'actuelle maire de Montpellier, "sur 270 pages, vous en avez peut-être une soixantaine qui parlent des événements de 2010 (lorsque Georges Frêche a décidé d'ériger cinq statues de "grands hommes", sur une place de Montpellier, dont celle de Lénine, ndlr), mais il y en a donc plus de 200 qui parlent de tout autre chose".

"Je lui rends hommage", affirme Hélène Mandroux :

Et si Hélène Mandroux a annulé la première séance de dédicaces de son ouvrage, c'est "parce que ce n'est pas le moment", a-t-elle précisé.

"Il passe son temps à tuer"

Pourtant, certains passages du livre sont plutôt acerbes contre le président de région décédé dimanche. "Georges Frêche dit que je me suis présentée contre lui. (...) Pourquoi toujours penser qu'on est 'contre', c'est plus facile qu'être 'pour'. Cela a permis à Georges Frêche de se positionner en victime... Laissez-moi rire : il passe son temps à 'tuer' toutes celles et tous ceux qui ne sont pas de son avis", écrit-elle notamment. "Dans son inconscient (ou son conscient ?) Georges Frêche a un rêve : devenir le 'seigneur de Septimanie', diriger, régenter le 'peuple des cons', personne ne trouvant grâce à ses yeux", poursuit-elle.