Mal-être à l'hôpital de Marseille

  • A
  • A
Mal-être à l'hôpital de Marseille
Un cadre de l'hôpital de la Timone à Marseille a tenté de se suicider. Un comité d'hygiène et de sécurité extraordinaire s’est réuni en urgence vendredi.@ MAXPPP
Partagez sur :

Un cadre de la Timone a tenté de se suicider. En cause : le harcèlement de sa direction.

Le syndrome de France Telecom est-il en train de gagner l’hôpital de la Timone à Marseille ? Un cadre supérieur de l’établissement a tenté de se suicider mardi dernier. Le quinquagénaire a été découvert dans son bureau inanimé par ses collègues, après avoir avalé des médicaments. Il avait laissé une lettre à ses côtés, dans laquelle il expliquait que son directeur l’a "détruit".

"Je n’en peux plus. Pardonne-moi"

Le père de famille vivait une descente aux enfers professionnels depuis trois ans et demi, a confié au micro d’Europe 1 son épouse. Une date qui concorde avec l’arrivée de la nouvelle direction dans l’hôpital. Quelques jours avant son geste, Michel avait porté plainte contre ses patrons, pour harcèlement.

Mardi, il avait envoyé un SMS à sa femme dans lequel il lui disait : "Je n’en peux plus. Pardonne-moi". Aujourd’hui, Christelle avoue qu’elle ne pensait pas "qu’il passerait à l’acte".

"Ne reproduisons pas ce qui s’est passé à France Telecom"

Elle a pris la parole vendredi pour dénoncer cette souffrance au travail. Elle estime que "toute la chaîne hospitalière est concernée" et considère qu’il ne faut "pas reproduire ce qui s’est passé à La Poste ou à France Telecom". D’autant qu’"à l’hôpital, on est sensé soigné les malades. Si on n’arrive déjà pas à prendre en considération son propre personnel comment celui ci va pouvoir soigner les malades ?", s’est interrogée l’épouse de ce cadre hospitalier.

"Le manque de moyens et d'effectifs, les heures supplémentaires, les RTT qu'on ne peut pas prendre, cela concerne tous les hôpitaux. Mais à l'AP-HM (hôpitaux de Marseille, ndlr), la pression est amplifiée par les méthodes de la direction : c'est bien simple, il n'y a plus aucun respect pour les agents", a dénoncé Marc Katramados, secrétaire général de FO, dans un entretien à La Provence.

La direction générale des hôpitaux publics de Marseille s’en inquiète. Un comité d'hygiène et de sécurité extraordinaire s’est réuni en urgence vendredi, à sa demande.