Maïs OGM : Paris presse l’UE

  • A
  • A
Maïs OGM : Paris presse l’UE
La France demande de suspendre l'autorisation de mise en culture du maïs Monsanto 810.@ MaxPPP
Partagez sur :

La France demande de suspendre l'autorisation de mise en culture du maïs Monsanto 810.

Nouvelle tentative française dans le dossier Monsanto 810. "Les autorités françaises ont saisi ce jour la Commission européenne pour lui demander de suspendre l'autorisation de mise en culture du maïs MON810", indiquent lundi dans un communiqué commun les ministères de l'Écologie et de l'Agriculture.     

Opposée à la culture de ce maïs, la France tente par tous les moyens, de l’interdire. Cette fois-ci, le gouvernement invoque "es risques importants pour l’environnement". Selon le communiqué, la demande faite à Bruxelles s’appuie sur " les dernières études scientifiques et notamment un avis de l'Autorité Européenne de sécurité des aliments de décembre 2011 ".

Culture interdite en 2012

Si ce maïs transgénique est autorisé dans plusieurs pays européens, en France, le Conseil d'État a suspendu le 28 novembre des arrêtés de 2007 et 2008 interdisant la commercialisation et la mise en culture des semences de maïs transgénique Monsanto 810. Ainsi, des semis de maïs OGM vers la fin février sont possibles pour les régions les plus précoces du Sud-Ouest.    

Mais le gouvernement français a annoncé en janvier que la culture de ce maïs resterait interdite dans le pays en 2012. Le semencier a pour sa part déclaré qu'il ne commercialiserait pas ce maïs en France en 2012, estimant que les conditions favorables à sa commercialisation n'étaient pas réunies.

Un dossier auquel NKM

Des militants anti-OGM de la Confédération paysanne avaient envahi fin janvier l'un de ses centres de stockage à Trèbes dans l'Aude. "Je tenais beaucoup à mener à bien ce dernier dossier avant de quitter mon ministère", a déclaré lundi sur i>télé la ministre de l'Écologie Nathalie Kosciusko-Morizet, qui vient d'être nommée porte-parole de Nicolas Sarkozy pour la campagne présidentielle.   

Si la Commission européenne ne suspend pas l'autorisation de mise en culture du maïs transgénique, la France pourra prendre un arrêté d'interdiction de sa culture sur le territoire, a précisé le ministère de l'Agriculture. Le gouvernement laisse le temps à la Commission d'étudier les risques environnementaux que présente d'après lui ce maïs, mais une décision devrait être prise d'ici 2 à 3 semaines, soit avant les semis de maïs qui interviennent à la mi-mars, précise-t-on au ministère.   

 
Monsanto n'a ni vendu, ni expérimenté des semences de maïs MON 810 en France depuis 2008. Le groupe Monsanto, géant américain des pesticides, a été condamné la semaine dernière pour la première fois en France pour l'intoxication d'un agriculteur charentais qui a inhalé du "Lasso", un pesticide aujourd'hui interdit. Il va faire appel de cette condamnation.