"Ma chambre, celle où on m’enferme"

  • A
  • A
"Ma chambre, celle où on m’enferme"
@ MAX PPP
Partagez sur :

Les mots de Dylan, aujourd’hui âgé de 9 ans, ont saisi le tribunal correctionnel de Rodez.

Dylan ne participe pas au procès de ses parents. Mais le président du tribunal correctionnel de Rodez a tenu vendredi à lire des extraits de la déposition faite devant la police par le petit garçon maltraité dans le pavillon de Millau. Des paroles qui ont glacé la salle d’audience.

"Mon papa, il me tape"

"Mon papa, il me tape, à coups de poing, de pied, de fessées", a confié Dylan aux enquêteurs alors qu’il avait 7 ans.

"Ma chambre, c’est celle où on m’enferme avec le verrou parce que je vole des bonbons la nuit (…) Toutes les nuits, je fais pipi au lit car il n'y a pas de toilettes", a-t-il encore dit. Des violences que le père de Dylan a reconnues à la barre.

Les remords de la mère de Dylan

Ce sont les services sociaux qui ont finalement donné l’alerte en mars 2009. La mère du petit garçon est jugée pour ne pas s’être opposée à ces violences. Pourquoi ? "Quand [mon mari] buvait, c’est vrai qu’il avait des tendances un peu violentes assez fortes. Et on ne sait jamais. Il aurait pu tomber sur moi. Bon, il ne l’a jamais fait. J’ai l’impression d’être une mauvaise mère. J’ai pas su vraiment les protéger comme une maman devrait faire", a-t-elle confié au micro d’Europe 1.

La mère de Dylan a reconnu qu’elle n’avait pas scolarisé son fils pour qu’il n’ait pas l’occasion de parler. "Ce procès est le procès de la violence, du silence et de l’indifférence", a dit en préambule de ses réquisitions la procureure.