Lycéens et étudiants maintiennent la pression

  • A
  • A
Lycéens et étudiants maintiennent la pression
@ MAXPPP
Partagez sur :

Entre 4.000 et 15.000 jeunes ont défilé à Paris. Des incidents ont été signalés à Lyon et Poitiers.

La mobilisation contre la réforme des retraites ne s’essouffle pas chez les jeunes, bien au contraire. Lycéens et étudiants ont manifesté par milliers jeudi partout en France pour appuyer les grèves contre le projet de réforme des retraites. Ils étaient entre 4.000 et 15.000 à Paris à défiler aux cris de "On veut garder nos pensions", encadrés par les services d'ordre des syndicats de salariés.

Les lycéens de l'UNL et de la Fidl et les étudiants de l'Unef ont appelé jeudi à se mobiliser lors des deux nouvelles journées d'action prévues contre la réforme des retraites, le jeudi 28 octobre et le samedi 6 novembre.

Manifestations dans toute la France

A Lyon, une manifestation rassemblant un millier de jeunes partie de la place Bellecour a été coupée en deux par les forces de l'ordre qui ont bloqué tous les accès environnants. À Lille, entre un peu moins de 1.000 et 2.000 personnes, selon les sources, ont défilé dans les rues. A Bordeaux, quelque 3.500 lycéens et étudiants selon la police, 5.000 selon les organisateurs, ont manifesté.

Quelques incidents ont été recensés jeudi à Lyon, en marge d’un rassemblement de militants CGT et de jeunes lycéens. Certains jeunes, furieux, ont lancé des projectiles sur les forces de l'ordre, qui ont riposté à coups de grenades lacrymogènes, provoquant aussitôt la dispersion de l'ensemble des manifestants dans les rues du centre-ville.

Jeudi, 266 personnes ont été interpellées en marge des manifestations de lycéens et d'étudiants. 191 ont été placées en garde à vue.

Blocages et fermetures administratives

L'Unef, principal syndicat étudiant, annonce 33 universités affectées, dont 12 bloquées totalement ou partiellement. Le ministère de l'Enseignement supérieur parle, lui, de quatre universités fermées administrativement par précaution, sur décision du président d'université, à Rennes II, Lyon II, Montpellier III, Saint-Etienne et Le Havre.

Le mouvement se poursuit dans les lycées

Selon le ministère de l'Education nationale, 312 lycées étaient bloqués ou perturbés jeudi, soit 7,25% du total des établissements. Le syndicat lycéen FIDL annonce pour sa part un chiffre de 1.300 lycées mobilisés, dont 700 bloqués ou pratiquant le "barrage filtrant" à leurs entrées.

Prison ferme pour des casseurs

Pour la première fois depuis l'éclatement des violences lundi, des peines de prison ferme ont été prononcées contre des casseurs. Jugé en comparution immédiate mardi devant le tribunal correctionnel de Nanterre, un jeune homme, au casier judiciaire vierge, a écopé d'une peine de 8 mois de prison dont 6 mois avec sursis. A Lyon, des peines allant de deux mois de prison avec sursis jusqu'à trois mois ferme ont été infligées, jeudi, à six jeunes arrêtés mardi à Lyon.