Loto : le SAV des millionnaires

  • A
  • A
Loto : le SAV des millionnaires
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le "service gagnants" de la FDJ leur permet de se familiariser avec leur inattendue nouvelle fortune.

En quelques secondes, il est devenu la 250e plus grosse fortune de France, au même niveau que la famille des casinotiers Tranchant. Lui, c'est le gagnant de la plus grosse somme jamais gagnée en France à la loterie : 162.256.622 euros au tirage de l'Euro Millions de mardi. Un Normand qui ne s'était toujours pas fait connaître mercredi.

La première personne que rencontrera ce multimillionnaire, c'est Brigitte Roth. Elle est responsable du "service gagnants" de la FDJ et remet aux lauréats leur chèque. A chaque fois, un membre de sa "petite équipe discrète de quelques personnes" est spécialement affecté à celui qui a tiré le gros lot. Et il y a du travail. En moyenne, le service accueille chaque année "une centaine de personnes, soit un tous les trois jours".

Un service gratuit et illimité dans le temps

Et le nouveau riche n'aura même pas besoin de puiser dans sa nouvelle fortune pour bénéficier de ce service : il est gracieusement offert par la Française des Jeux.

Créé en 1993, son service a pour mission de donner des repères aux lauréats dans leur nouvelle vie. "Nous avons un programme de services adaptés aux besoins, une sorte de coaching, qui leur permet d'apprendre à gérer leur patrimoine, les relations avec les proches…" Seuls 58% des gagnants, toutes catégories confondues (Loto, Keno, Euro Millions...) y font appel.

Et pourtant, "faire fortune par hasard nécessite une transition", estime Brigitte Roth. "Les lauréats passent d'abord par ce qu'on appelle une phase de sidération durant laquelle ils sont assez perdus. Gagner beaucoup d'argent est un rêve, mais là, ça devient réalité. Si certains l'intègrent vite, il faut plusieurs mois pour d'autres", explique-t-elle à Europe1.fr.

"Au début, on panique"

Vainqueur de trois millions d'euros au début des années 2000, Jacques a voulu se lancer seul dans cette jungle de billets, comme près d'un gagnant sur deux. Mais il a vite déchanté. "J'ai commencé par faire des bêtises car personne ne me suivait, hormis le banquier", confie-t-il au micro d'Europe 1.

"L'école des riches" l'a remis dans le droit chemin de la saine gestion. "On est conseillé, on peut poser toutes nos questions C'est comme un jeu", image ce joueur dans l'âme qui continue de cocher chaque semaine les numéros qui l'ont rendu millionnaire.

La FDJ a aussi imaginé des rencontres entre ces nouveaux riches, venus d'horizons si différents. Régulièrement, l'ambulancier croise un docker, un retraité ou d'autres qui ont comme lui, d'un coup, connu la fortune.

Comme des enfants dans la cour, ils comparent leur expérience. "On parle de ce qu'on fait. On n'est pas seul, parce que parfois, c'est gênant de gagner autant d'argent".