Loïc Sécher : la justice fait son mea culpa

  • A
  • A
Loïc Sécher : la justice fait son mea culpa
Loïc Sécher a été acquitté lors de son procès en révision à la Cour d'assises d'appel de Paris@ MaxPPP
Partagez sur :

Il a été acquitté, reconnu comme victime d'une erreur judiciaire par la cour d'assises de Paris.

C'est la fin d'un long feuilleton judiciaire. Loïc Sécher a été acquitté vendredi par la cour d'assises d'appel de Paris. En 2004, cet ouvrier agricole aujourd'hui âgé de 51 ans, avait été condamné pour le viol d'une adolescente, qui s'était depuis rétractée. Cette condamnation avait été annulée l'année dernière par la Cour de révision.

La salle a applaudi à l'annonce de la décision, rendue après deux heures de délibéré. Juste avant que la cour ne se retire pour prendre sa décision, Loïc Sécher avait "renouvelé (son) cri d'innocence" et eu une pensée pour son père, décédé cette année.

"La justice des hommes est passée", a dit Loïc Sécher

Loïc Sécher a commenté sobrement son acquittement. "Je dirais que la justice des hommes est passée", a-t-il déclaré au micro d'Europe 1. "Moi, il y a bien longtemps que j'avais mes convictions. Je pense que c'est surtout pour elle que ça va apporter une libération", a-t-il ajouté en évoquant l'adolescente qui l'a accusé à tort. "Je ne lui en veux pas. J’admire son courage. Mon plus grand souhait c’est qu’elle puisse se reconstruire le plus vite possible", a conclu Loïc Sécher.

Pour Thierry Sécher, le frère de Loïc, "c'est un soulagement". "Il n'y a jamais eu aucune charge. Il est complètement blanchi", s'est-il réjoui au micro d'Europe 1.

"Personne ne mérite ce qui vous est arrivé"

Au nom du "bien de la justice", l'avocat général, François-Louis Coste, a demandé jeudi à la cour de reconnaître l'erreur judiciaire dont avait été victime Loïc Sécher et de l'acquitter. "Personne ne mérite ce qui vous est arrivé", a ensuite dit à son client l'avocat de la défense, Me Eric Dupond-Moretti.

Fin 2000, Emilie, 14 ans, en proie à un profond mal-être, l'avait accusé de lui avoir fait subir à plusieurs reprises viols et agressions sexuelles. Loïc Sécher, qui a toujours clamé son innocence, avait été condamné à 16 ans de réclusion en 2003, peine confirmée en appel l'année suivante puis en 2005 en cassation. L'affaire semblait alors définitivement close.

Mais en 2008, Emilie a avoué avoir menti et s'est officiellement rétractée. En 2010, la Cour de révision a ordonné la libération de Loïc Sécher et un nouveau procès. Depuis 1945, Loïc Sécher est le 7e condamné aux assises à avoir obtenu une révision de son procès.