Loi sur la famille : une reculade "intolérable"

  • A
  • A
Loi sur la famille : une reculade "intolérable"
Caroline Mécary@ DR
Partagez sur :

VOTRE CHOIX D’ACTU DU 4 FEVRIER – Le gouvernement a annoncé lundi 3 février que le texte de loi sur la famille ne sera pas examiné en 2014 comme prévu.

Chaque jour avec "Votre choix d’actu", Europe 1 vous propose de définir un thème qui sera approfondi dans Europe midi – Votre Journal animé par Wendy Bouchard.

Dès 9h, rendez-vous sur la page d’accueil d’Europe1.fr pour voter. Vous pouvez le retrouver sur www.europe1.fr/Info/Votrechoixdactu

>>> Mardi 4 février, vous avez été 52% à faire "Votre choix d’actu"  sur la reculade du gouvernement concernant le texte de loi sur la famille qui devait être examiné en 2014. Cette décision fait suite à l’organisation de la "Manif’ pour tous" organisée le dimanche 2 février dans plusieurs villes de France. La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem justifie cette reculade en expliquant que "le texte n’était pas prêt". Caroline Mécary, avocate spécialiste du droit de la famille et des droits LGBT expliquait dans Europe midi – Votre journal, sa déception à propos de cette décision. Elle se montre très virulente dans ses propos et affirme qu’ "on assiste vraiment à une reculade, c’est intolérable, vraiment déplorable".



Reculade du gouvernement "c’est intolérable et...par Europe1fr

Elle pointe du doigt une "manipulation et une propagande intolérables" de la part des manifestants qui "ont avancé un certain nombre d’idées fausses". L’avocate rappelle en effet que la Gestation Pour Autrui et la Procréation Médicalement Assistée n’étaient pas prévues dans la loi.

Un gouvernement "qui donne raison aux manifestants". Caroline Mécary est déçue par le gouvernement, qui, selon elle, "doit avoir une vision de la société, il doit faire des choix et ne pas céder à des pressions de la rue". Elle se veut encore plus critique à l’égard de Manuel Valls, ministre de l’Intérieur "qui est peut être devenu Premier ministre" en annonçant cette nouvelle. Elle poursuit en démontrant que "plus le gouvernement cède à ces pressions, plus il donne raison à ceux qui descendent dans la rue, et en plus il met en colère son propre électorat". En effet, les députés socialistes ont d’ores et déjà annoncé qu’ils feraient des propositions sur les points qui auraient dû être débattus. Elle affirme être "autant en colère que ces députés".

Caroline Mécary se montre sceptique quant aux propos de la ministre de la Justice, Christiane Taubira qui affirmait ce matin sur Europe 1 "Je ne crois pas qu'il n'y ait plus de texte ! Bien sûr, ce texte va revenir, je ne suis pas inquiète". L’avocate pense en effet que si le gouvernement ne soutient pas ce texte, il ne sera jamais examiné.